Olivier Roland - tagged with entrepreneur http://www.olivier-roland.fr/feed en-us http://blogs.law.harvard.edu/tech/rss Sweetcron o.roland@technosmart.net Le mythe de l’entrepreneur http://www.olivier-roland.fr/items/view/3476/Le-mythe-de-lentrepreneur

Acheter « The E-Myth Revisited : Why Most Small Businesses Don’t Work and What to Do About It » sur Amazon. Transcription texte (littérale) de la vidéo : Bonjour et bienvenue dans cette nouvelle vidéo du blog « Des livres pour changer de vie ». Dans la chronique vidéo d’aujourd’hui, je vais vous parler d’un […]

]]>
Tue, 18 Mar 2014 17:00:00 +0100 http://www.olivier-roland.fr/items/view/3476/Le-mythe-de-lentrepreneur
Comment réaliser 26 696 € de ventes en une semaine avec un blog sur… les randonnées : étude de cas http://www.olivier-roland.fr/items/view/2871/Comment-raliser-26-696-de-ventes-en-une-semaine-avec-un-blog-sur-les-randonnes-tude-de-cas

TweetDans cette nouvelle étude de cas, François du blog Randonner Malin, membre de la formation blogueur pro, nous explique : Comment il a démarré son blog de zéro à temps partiel, alors qu’il était ingénieur en Nouvelle-Zélande. Comment un an après la création, au vu des premiers résultats positifs, il a démissionné de son “job […]

]]>
Thu, 19 Sep 2013 18:47:00 +0200 http://www.olivier-roland.fr/items/view/2871/Comment-raliser-26-696-de-ventes-en-une-semaine-avec-un-blog-sur-les-randonnes-tude-de-cas
La Semaine de 4 heures http://www.olivier-roland.fr/items/view/2754/La-Semaine-de-4-heures

Acheter La Semaine de 4 heures sur Amazon : Lire la chronique de La Semaine de 4 Heures sur ce blog Voir l’interview que j’ai fait de l’auteur Tim Ferriss, qui complète très bien le livre : (cliquez ici pour lire la transcription texte de l’interview)

Related posts: Interview : Comment Phil gagne un million de CA par an en vivant la Semaine de 4 heures La semaine de 4 heures – 2 La semaine de 4 heures (deuxième édition)

]]>
Sat, 22 Jun 2013 01:05:00 +0200 http://www.olivier-roland.fr/items/view/2754/La-Semaine-de-4-heures
Pourquoi ces blogueurs et marketeurs réussissent et pas vous? Réfléchissons un peu… http://www.olivier-roland.fr/items/view/2728/Pourquoi-ces-blogueurs-et-marketeurs-russissent-et-pas-vous-Rflchissons-un-peu

TweetNote : cet article invité a été rédigé par Sylvain Wealth des blogs MillionnaireZine et ArgentWebmarketing. Pourquoi certains marketeurs réussissent à gagner des sommes faramineuses alors que d’autres ont peine à générer quelques centaines d’euros par mois? Il y a plusieurs explications à cette question. Entre autres, on peut penser aux raisons suivantes: Manque d’expérience [...]

]]>
Thu, 16 May 2013 17:00:00 +0200 http://www.olivier-roland.fr/items/view/2728/Pourquoi-ces-blogueurs-et-marketeurs-russissent-et-pas-vous-Rflchissons-un-peu
Erico Rocha : Comment il est devenu multi-millionnaire en deux ans sur Internet http://www.olivier-roland.fr/items/view/2662/Erico-Rocha-Comment-il-est-devenu-multi-millionnaire-en-deux-ans-sur-Internet

TweetErico Rocha est un exemple d’une belle success story, mais pas d’une success story qui s’est produite du jour au lendemain : il a osé démissionner d’un job qui lui payait au moins 136 800 euros par an pour se lancer sur Internet, a lamentablement échoué pendant un an et a du reprendre un travail, [...]

]]>
Mon, 01 Apr 2013 18:50:00 +0200 http://www.olivier-roland.fr/items/view/2662/Erico-Rocha-Comment-il-est-devenu-multi-millionnaire-en-deux-ans-sur-Internet
Le Millionnaire Minute http://www.olivier-roland.fr/items/view/1695/Le-Millionnaire-Minute

Phrase résumé du Millionnaire Minute : Tout le monde souhaite ardemment devenir millionnaire et nous souhaitons apprendre les secrets pour faire autant d’argent que possible : avec l’application des bons principes jumelés à de solides habilités, il devient possible de multiplier ses revenus et d’accéder à ce niveau de richesse surtout en appliquant l’effet de levier à ces concepts, l’accumulation de fortune est possible pour tous.

Par Mark Victor Hansen et Robert G. Allen, ADA Editions, 2003, 402 pages. Titre original : The One Minute Millionaire: The Enlightened Way to Wealth Note : cette chronique invitée a été écrite par Matthieu Lajoie du blog Comprendre vos finances

Chronique et résumé de “Le Millionnaire Minute” : Introduction D’entrée de jeu, les auteurs font un parallèle entre gravir le mont McKinley (montagne la plus haute de l’Amérique du Nord, située en Alaska) et l’atteinte de cet objectif très louable : devenir millionnaire. Plusieurs grimpeurs ont réussi à escalader cette montagne d’Alaska. Par contre, cela a exigé un bon entraînement et une planification très rigoureuse de leur part. Gravir la montagne du millionnaire nécessite les mêmes étapes, mais cela sera, semble-t-il, moins difficile et dangereux. Ouf !! Heureusement puisque mon état physique ne m’en permettra pas autant… j’aime bien mes pantoufles. Les outils nécessaires selon les auteurs sont d’établir son plan : Le Plan du Millionnaire Éclairé. Tout comme les grimpeurs, nous aurons besoin d’experts pour nous guider, nous montrer le bon chemin à prendre et éviter les écueils. C’est le rôle que se sont donné Robert Allen et Mark Hansen. Ils seront nos mentors à travers la lecture de ce guide. Personnellement, j’aime bien suivre des mentors qui ont réussi. Combien de personnes sont devenues millionnaires en disant aux autres comment le devenir? Les auteurs sont tous les deux millionnaires. À la lecture de ces lignes, je me suis dit que leurs conseils valaient sans doute leur pesant d’or. Le livre fournit les outils et la démarche pour gagner notre premier million de dollars. Pourquoi un million? Parce qu’en créant une série d’individus millionnaires, il se produira un effet de cascade d’un million de millionnaires qui partageront leurs richesses et amélioreront le monde. C’est l’objectif de Allen et Hansen, objectif noble je trouve. Il est certain que la vie peut être plus agréable lorsque nous sommes libérés des soucis d’argent, parlez-en à Olivier . Sans blague, ce livre se structure en deux parties. Les pages de gauche décrivent les stratégies et les techniques à appliquer dans la vie de tous les jours qui nous aideront à monter la montagne du million. Il s’agit de leçons condensées qui peuvent constituer un guide pour atteindre le fameux million. Les pages de droite quant à elles racontent l’histoire de Michelle, qui doit faire un million de dollars en 90 jours afin de conserver la garde de ses enfants. C’est en fait la trame du livre : Pourriez-vous accumuler un million de dollars si la vie de ceux que vous chérissez en dépendait? L’équation du millionnaire Les auteurs du livre Le Millionnaire Minute font la promesse suivante : « nous allons vous enseigner une méthode étape par étape, non seulement pour devenir Millionnaire, mais un millionnaire éclairé ». Ils affirment que l’on doit absolument développer, dès le départ, une attitude de millionnaire. C’est-à-dire posséder un ensemble de pensées et de croyances favorisant la richesse. Et ceci donne l’équation du millionnaire : Un Rêve + Une Équipe + Un Thème = Les Sources du Millionnaire. Selon eux, avec Le Rêve, on développe un désir ardent de richesse et on réussit à avoir confiance en soi et à développer l’attitude du millionnaire. L’Équipe est au cœur de l’équation. Attirer des partenaires expérimentés et avoir des mentors compétents feront en sorte que le rêve se réalise. Finalement, le Thème, est de choisir et surtout, de mettre en application les modèles de base que les millionnaires ont mis en place pour s’enrichir rapidement. Le livre se concentre sur ces trois étapes essentielles de l’escalade de la montagne de la richesse. À la fin de l’introduction, on nous assure que le premier pas à faire pour devenir millionnaire est de simplement s’engager à devenir millionnaire. Cet engagement se répercute sur deux choses : le désir et la foi. Pour rendre sérieux cet engagement, les auteurs du livre nous demandent de remplir le formulaire « Engagement du millionnaire éclairé ». Ledit formulaire se trouve à l’adresse http://www.oneminutemillionaire.com. J’ai moi-même rempli ce contrat. C’est une première étape, consciencieuse, pour me botter le derrière. Première partie du livre : Les Eurêka du millionnaire

Avant de passer aux choses sérieuses, on nous indique les deux chemins pour arriver au sommet de la montagne du millionnaire : le chemin long et le raccourci. Le sentier long est évidemment le plus facile et le moins risqué. Il s’agit de la fameuse théorie « un dollar par jour à la fois ». Par conséquent :

Dépensez moins que vous ne gagnez; Investissez la différence; Laissez le temps agir

Bien qu’il faille de la patience et surtout de la discipline, j’aime cette méthode. Nous sommes certains d’arriver à notre but. Lentement, mais sûrement comme on dit. Cependant, les auteurs souhaitent nous apporter la richesse rapidement en choisissant un ou des véhicules parmi lesquels on retrouve la bourse, l’immobilier, l’internet et les entreprises privées. Dans ce cas, pourquoi ne pas faire les deux. Vous travaillez fort sur vos 4 piliers de la richesse et pendant que vous créez rapidement votre fortune, pourquoi ne pas prendre également le chemin long? Peu importe ce qui arrivera, vous deviendrez millionnaire selon M. Allen et M. Hansen. Maintenant, il est temps de parler des principes de la richesse, ce que les auteurs considèrent comme les eurêka du millionnaire. Il s’agit en fait des 24 principes de la richesse.

Eurêka numéro 1 – Chaque personne se manifeste

Ce principe de richesse émane davantage du développement personnel que de la richesse comme telle, bien que souvent les deux sont intimement reliés. En un mot : Ayez des pensées positives et surtout, intenses !!! Il faut cultiver notre enthousiasme à réussir. Il faut prendre conscience que tout ce qui se trouve autour de nous a fait la fortune de quelqu’un. Il existe des millions autour de nous. Wow !! Ceci nous donne un bon coup de fouet, non? Eurêka numéro 2 – Être, faire, avoir

Les auteurs précisent que pour atteindre l’objectif du livre (qui devient le mien aujourd’hui J) soit d’avoir un million de dollars net dans mon compte en banque, il y a des étapes à réaliser. Avant tout, il faut ÊTRE un millionnaire. L’on se doit de comprendre que l’abondance survient quand nous améliorons la vie des autres et que posséder revient à offrir davantage aux autres. Une fois cet état atteint, le FAIRE entre en jeu. On passe à l’action. On fait tout ce qui est possible pour ajouter de la valeur au monde qui nous entoure. Une fois maîtrisé, le résultat devrait se concrétiser. Vous venez de réaliser le AVOIR. N’oubliez pas, il est très important de faire ces étapes dans le bon ordre : être, faire et avoir. Eurêka numéro 3 – Vivez un cran plus haut

Réalisez ici que votre parcours vers la richesse aura des obstacles et des échecs. Et même que les échecs semblent souhaitables selon ces deux millionnaires. Je suis d’avis aussi que le monde progresse de ses erreurs. Il faut apprendre à nous blâmer nous-mêmes lors d’échecs et d’éviter de mettre la faute sur notre voisin… de vivre un cran plus haut. Eurêka numéro 4 – L’abondance est votre état naturel

L’univers est d’abondance. Le manque ne peut exister, sauf dans notre perception personnelle des choses. Cette abondance doit se transporter vers le thème de l’argent. Il y aura une abondance d’argent pour celui qui prônera les principes servant à en acquérir. Envisagez-la !!! Eurêka numéro 5 – Ceux qui donnent reçoivent

Cet eurêka fut tout un paradoxe pour moi. Comment peut-on donner si notre but est d’être millionnaire? Je donnerai après avoir atteint cet objectif, non ? Il semble que ce soit une mauvaise façon de voir les choses de la vie du millionnaire éclairé. La maxime « ceux qui donnent reçoivent » est de mise. Ceci est une dimension plutôt spirituelle de la richesse, mais tout de même bonne à appliquer. Eurêka numéro 6 – Changer votre réalité est chose facile

Cet eurêka a pour simple objectif de ne pas écouter notre petite voix intérieure. Celle qui, après avoir trouvé l’idée du siècle, se fait entendre pour dire : « tu ne seras pas capable, d’autres ont échoué avant toi, pourquoi cela fonctionnerait-il pour toi ». Cette voix nous fait douter souvent et la conséquence de ce doute est de ne rien faire. On retourne au boulot le lundi matin et sans notre million en banque. Eurêka numéro 7 – Les mots ont un pouvoir de manifestation

En un mot, évitez les pensées négatives. Elles font beaucoup plus de tort que vous ne l’imaginez. Eurêka numéro 8 – Vous êtes votre propre richesse

Nous n’avons besoin que de 3 ressources pour débuter notre parcours vers la richesse :

Une bonne idée, L’engagement, Les personnes détenant les autres ressources.

C’est à nous qu’appartient le moment de mettre en œuvre ce plan, nous seuls. Eurêka numéro 9 – Richesse signifie liberté

Cet eurêka est mon préféré. La liberté financière est la plus belle des libertés. Ne plus être esclave d’un patron et d’un emploi merdique, n’est-ce pas le rêve de tout le monde ? C’est cette situation que je souhaite réaliser, c’est vraiment mon rêve. Pouvoir vivre de mes revenus alternatifs et passifs. Histoire à suivre… Eurêka numéro 10 – Tout commence par un rêve

Ici, on nous pose la question à laquelle on doit trouver une réponse : Jusqu’à quel point ma vie peut-elle être différente dans 5 ans ? Seriez-vous capable d’y répondre maintenant ? Moi j’ai ma petite idée : être en mesure de posséder des actifs me fournissant de bons revenus. Eurêka numéro 11 – Clarté = pouvoir

Il est important d’avoir des buts, mais ce qui compte réellement, c’est la façon de les concevoir. Pour vulgariser un peu, il ne suffit pas d’avoir un but et de vouloir l’atteindre. Il faut s’imaginer dedans et visualiser la situation et l’événement au maximum. Eurêka numéro 12 – Plus de clarté donne plus de pouvoir C’est l’eurêka 11 à l’extrême. Il faut prendre le temps d’écrire nos rêves sur du papier et de les lire à haute voix par la suite. En exécutant cette tâche tous les jours, notre esprit comprendra ce que l’on désire vraiment. Eurêka numéro 13 – Puisez dans votre génie

Les auteurs nous révèlent les 4 caractéristiques qu’exploitent les gens ayant du génie. La passion (aimez ce que vous faites), le talent (être bon dans ce que l’on entreprend), les valeurs (ce que l’on fait est important à nos yeux) et le destin (faire ce pour quoi nous sommes venus au monde). Eurêka numéro 14 – Passion amour

Devenir riche implique automatiquement la passion et l’amour de l’activité dans laquelle on évolue. Notre succès dépendra de la passion et de l’amour. Eurêka numéro 15 – L’imagination éclipse la volonté

Un médecin, du nom d’Émile Coulé, a déjà affirmé que lorsque notre volonté (soit notre côté rationnel) est en conflit avec notre imagination (soit notre côté créatif), c’est toujours l’imagination qui l’emporte. Donc, on doit comprendre que notre imagination est la clé de notre succès et que celle-ci a vraiment un pouvoir très puissant. Eurêka numéro 16 – L’envergure de la question détermine l’ampleur des résultats

En fait, les questions déterminent les réponses. Il est de notre devoir, en tant que futur millionnaire, de se poser les bonnes questions. En refusant de le faire, on n’exploitera jamais notre plein potentiel. Eurêka numéro 17 – Vous connaissez déjà la réponse

Notre mémoire est parfaite semble-t-il. Elle a stocké des millions d’informations. Pour y accéder, il suffit simplement de cultiver notre intuition. Les réponses s’y trouvent déjà. Tout un défi pour moi. Eurêka numéro 18 – Soyez cohérent

Tout ce que l’on veut bâtir doit se faire en harmonisant 3 éléments : désir, foi et estime de soi. On doit vouloir y arriver (désir), on doit croire que l’on peut faire beaucoup d’argent (foi) et l’on doit être totalement convaincu que l’on mérite d’être riche (estime de soi). Si un seul de ces éléments fait défaut, on perdra notre temps. Eurêka numéro 19 – Vous êtes un aimant qui attire l’argent

Pour prendre l’image de l’aimant, on attire ce que l’on désire, coûte que coûte. Eurêka numéro 20 – Frappez et on vous ouvrira

On se doit d’être engagé pour atteindre le sommet de la montagne du millionnaire. Cet engagement est le point de départ de la course. C’est l’étincelle qui allume le feu, comme disent Rober Allen et Mark Hansen. Les millionnaires sont des personnes engagées.

Eurêka numéro 21 – Partager, c’est avoir davantage

J’ai eu de la difficulté à comprendre cet eurêka. Les dons ne se soustraient pas; ils sont un multiplicateur. C’est comme semer une seule graine, mais qui donnera beaucoup de fruits. Les auteurs espèrent que chaque millionnaire apprenti donnera 10% de ses gains. La maxime : « donne un peu et tout te sera remis au centuple » donne son sens ici.

Eurêka numéro 22 – Dieu sait où se trouve l’or

Nous avons l’habitude de ne pas associer argent et questions religieuses. La richesse deviendra une récompense de la foi. Personnellement, je n’adhère pas encore à ce principe. J’ai de la difficulté à croire en Dieu. Il faudra que je travaille sur ce point. Peut-être que Dieu tente de me mettre à l’épreuve? Eurêka numéro 23 – La destruction amène la création

Il faut changer nos habitudes. Qu’est-ce qui nous empêche de devenir millionnaires? Peut-on éliminer cette attitude immédiatement? Il faut se concentrer sur un modèle qui a réussi à surmonter ses échecs, puisque les échecs sont une façon de recommencer, mais d’une manière intelligente. Eurêka numéro 24 – Vivez selon vos convictions

Évitez de vous auto-saboter. Ne jamais oublier l’eurêka 18 : désir, foi et estime de soi. Rester cohérent dans sa démarche est la clé ultime qui nous permettra d’accéder à notre souhait le plus cher : devenir un millionnaire éclairé. La recette du millionnaire minute

Tous les millionnaires ont utilisé cette formule pour devenir riches : l’effet de levier. L’effet de levier donne de la vitesse pour atteindre plus rapidement notre objectif du million. Il en résulte que l’on contrôle beaucoup d’éléments avec un levier. Les auteurs préconisent 5 sortes d’effets de levier : L’argent des autres : Je crois bien que l’exemple par excellence de cette méthode est dans le domaine immobilier. Avec peu de comptant, il devient possible de contrôler 100% de l’immeuble… et 100% de sa plus-value. Des milliers de personnes sont devenues millionnaires grâce à ce système.

Les compétences des autres : Comment accéder aux compétences des autres ? En lisant leurs livres, en assistant à leurs conférences et à leurs formations. Soyez audacieux et allez jusqu’à faire des interviews d’eux. C’est un des meilleurs moyens de devenir riche en s’offrant les connaissances de ceux qui y sont parvenus. C’est tout un raccourci : acquérir des années de connaissances et éviter certaines erreurs en plus.

Les idées des autres : Être partenaire avec d’autres personnes qui désirent partager leurs idées avec nous est une voie à privilégier. Des exemples comme l’écriture de livres et même les franchises appliquent cette méthode d’effet de levier.

Le temps des autres : Beaucoup de personnes souhaitent vendre leur temps, leur talent et même leur savoir-faire à des prix raisonnables. « Utiliser les compétences d’autrui et maximiser votre temps » est le message lancé par les deux auteurs.

Le travail des autres : La grande majorité des personnes désire la sécurité et avoir une paie régulière. Il suffit d’embaucher ces personnes et leur demander de faire le travail que vous ne voulez pas faire…. et prendre de l’ampleur avec le travail des autres.

Tous les millionnaires utilisent au maximum ces 5 leviers, mais que diriez-vous d’utiliser l’effet de levier au maximum ?

Robert Allen nous propose 6 formes clés d’effets de levier:

Les mentors Les équipes Les réseaux Le réseau invisible Les habilités et les outils Les systèmes

Le message est le suivant:  «  Appliquez ces 6 formes d’effets de levier à un objectif. Rien ne pourra vous arrêter » Les mentors

Toute personne ayant réussi avait un mentor. Les mentors sont une source incroyable d’informations. Premièrement, ils nous donnent une perspective. Avec toute la gamme d’excitation et parfois d’angoisse que procure le chemin de la richesse, nous ne sommes pas toujours objectifs devant les défis à relever. Un mentor, de par sa nature, est l’homme sage de la situation. Il va de soi que le mentor nous donne la compétence. Le manque de connaissances de notre part peut être réduit par celui-ci. Le mentor nous guidera à travers les obstacles (puisqu’il est passé par le même chemin) et nous évitera les erreurs couteuses de temps et d’argent. La recherche d’un mentor peut paraître difficile. Cependant, on peut simplement se poser la question suivante : Quel est notre héros ? Votre mentor peut être l’auteur d’un livre à succès sur votre thème de prédilection ou un personnage public qui domine son activité professionnelle. Vous pouvez aller à la rencontre de ces millionnaires. Pourquoi ne pas inviter un de ceux-là à prendre une tasse de thé avec vous, OSEZ !!! Demandez-leur quel a été leur chemin ? Les difficultés rencontrées et leurs solutions ? , Quelles sont leurs recommandations ? S’ils avaient à tout recommencer, comment s’y prendraient-ils ? Ce qu’il faut comprendre, c’est que tous les millionnaires ont eu un mentor. Cela fait partie de leurs effets de levier. Notre force est égale à celle de nos mentors. Le mentorat est une forme puissante d’effet de levier. Les équipes

Il est difficile d’avoir du succès seul, n’est-ce pas ? Habituellement, le succès ne s’atteint pas tout seul, c’est quelque chose d’atteignable en équipe. On comprend ici que les équipes procurent aussi un bel effet de levier… une synergie quoi
Souvent, lorsque l’on travaille ensemble, on accomplit beaucoup plus qu’en bossant tout seul dans son coin. Mais comment composer son équipe? C’est la première question que je me suis posée. Et bien, la règle essentielle est que la vision et les valeurs des membres de l’équipe doivent correspondre aux vôtres. Pour arriver à composer une équipe de rêve, il faut utiliser les forces et éviter les faiblesses de chacun. Les auteurs ont créé un acronyme pour cela : HOTS. H= Hares (lièvres) O= Owls (hiboux) T= Turtles (tortues) S= Squirrels (écureuils) Les lièvres sont créatifs, spontanés et émettent des idées. Ils ne sont donc pas bons pour assurer le suivi. Quant aux hiboux, ils aiment planifier et mettre en place des stratégies. Ils savent mettre en application les idées des autres. En ce qui concerne la tortue, celle–ci pèse le pour et le contre et est de nature prudente. Par contre, fait intéressant, elle perçoit rapidement les problèmes possibles et détecte les échecs pouvant survenir. Finalement, les écureuils travaillent étape par étape, sont méthodiques et surtout, logiques. Si votre équipe se compose seulement de deux personnes, il faut avoir un lièvre et une tortue ou un hibou et un écureuil, sinon votre équipe tournera en rond. Avoir une équipe équilibrée semble être un des secrets du millionnaire. Les réseaux ou avoir son carnet d’adresses à un million de dollars

La force d’un réseau est encore un autre effet de levier que les auteurs nous demandent de cultiver. Il semble que chaque personne connaisse au moins 250 personnes. À leur tour, ces 250 personnes connaissent chacune 250 autres personnes… nous possédons maintenant un réseau de 62 500 personnes (250 * 250). Plus on connaît de personnes, plus grands seront notre force et notre effet de levier. En fait, ceci est véritablement un travail de longue haleine. Il faut y travailler chaque semaine voir chaque jour. Le but est d’avoir de nombreuses relations, et ce, dans divers domaines avec qui l’on voudrait échanger et travailler pour devenir riches. C’est vraiment mettre en application l’expression : « L’argent est dans la liste ». Ces listes de diffusions sont des effets de levier énormes. C’est le moyen le plus rapide de commercialiser un produit en utilisant la force des banques de données avec tous les noms qu’elles contiennent.

Le réseau invisible

Curieusement, le fait d’être invisible ne diminue pas son importance. Le réseau invisible est le plus important effet de levier à connaître. En référence aux eurêka 21 et 22, le don ajoute de la valeur à ce que l’on peut accomplir. Les auteurs expliquent que l’on doit accepter la composante spirituelle dans notre quête de richesse, que cela assurera notre réussite à long terme. Par exemple, Allen et Hansen suggèrent de donner 10% à son Église ou à sa communauté. Ce geste vous lie au monde invisible et c’est la source de l’abondance. Encore une fois, j’ai un peu de difficulté à inculquer ces passages mystiques. Cependant, il semble que l’on doive le réaliser. Je m’efforcerai à appliquer ce principe. Comme on l’a vu ci-dessus, notre parcours sera facilité par un mentor. Celui-ci nous indiquera les raccourcis et on évitera les erreurs. Ensuite, l’on doit posséder une équipe du tonnerre qui accomplira de véritables exploits. En troisième lieu, nos réseaux vont augmenter de manière exponentielle à partir de nous et des membres de notre équipe, sans compter ceux de notre mentor. Finalement, la magie du réseau invisible se produira. D’heureux hasards se réaliseront à des moments opportuns et ainsi, votre réseau invisible s’activera. Les habilités et les outils

Le fait de posséder les outils et de savoir comment les utiliser est la base de notre réussite financière. C’est la base d’un autre effet de levier. Outil

L’outil par excellence à maîtriser est sans aucun doute le domaine des ordinateurs. Dans le livre Le Millionnaire Minute, on cite Daniel H. Pink : « internet est un phénomène marxiste, du marxisme numérique ». Pourquoi cette expression? Parce que, en tant qu’individu, l’on détient maintenant le pouvoir. Internet et tout le matériel informatique sont devenus des moyens de production qui appartiennent maintenant à tout le monde. Allen et Hansen nous persuadent de maîtriser ces outils. Ceux-ci peuvent être la clé du million de dollars. Un effet de levier qui est loin d’être à négliger. Habilités

Avoir les outils c’est bien, mais l’effet de levier tant recherché sera atteint en maîtrisant les 7 habilités liées à l’argent : 1- la valeur Chaque dollar est le début de tout accomplissement financier. Ce dollar, en utilisant les différents effets de levier, peut être le début d’une grande richesse. Il faut donc accorder de la valeur à chaque dollar gagné… même à un seul dollar gagné. 2- le contrôle Les millionnaires contrôlent leur argent jusqu’au bout. Ils cherchent la meilleure valeur, tentent de réduire leurs dépenses au maximum, font le suivi de leur solde bancaire, etc… 3- l’épargne La fameuse règle du 10%. Les millionnaires éclairés ne vivent pas comme des millionnaires. Ils diminuent leurs coûts de vie pour épargner des sommes importantes facilement. Un minimum de 10% à mettre de côté annuellement est souhaitable. 4- l’investissement Une fois que l’épargne est sur notre compte bancaire, on passe à l’étape de l’investissement. Il faut établir une stratégie pour gravir la montagne de la richesse. Une fois le fond d’urgence bien rempli, il y a la possibilité de faire des investissements plutôt conservateurs, pour éventuellement aller dans des fonds à risque élevé, mais à fort potentiel. 5- les sources de revenus En plus d’un travail apportant salaire, pain et beurre, les gens fortunés possèdent une multitude de sources de revenus. Quand une catégorie de revenus est en difficulté, d’autres sources prendront le relais. Souvenez-vous des 4 piliers : internet, bourse, immobilier, entreprise privée. 6- la protection Il faut mettre tous ses actifs à l’abri d’évènements fâcheux. On peut avoir recours à des fiducies, des corporations ou d’autres systèmes légaux. Le but étant de vivre en millionnaire, mais avec peu d’actifs à son nom. 7- le partage On revient ici avec le don de 10% de nos revenus. J’aime bien l’expression utilisée dans le livre : « Plantez des arbres d’argent pour que d’autres récoltent les fruits ». Les systèmes

Les échecs ont souvent un point en commun. 94% des échecs ne se produisent pas parce que les gens travaillent de manière inefficace, c’est le système qui est à blâmer. Utiliser le bon système augmente nos chances de gravir la montagne du millionnaire et nous assure une fois de plus cet effet de levier tant recherché. C’est quoi un bon système ? C’est un système ayant fait ses preuves. De ce fait, il nous fera économiser temps, énergie et surtout argent. Les millionnaires ont tous élaboré au fil de leur carrière un système leur permettant d’acquérir leur richesse. Un autre argument en faveur de l’importance d’avoir un mentor à ses côtés. Facile à dire, mais comment reconnaître un bon système ? Les systèmes des millionnaires ne comportent pas de risques. Investir peu de son argent ou utiliser les corporations sont des façons de diminuer au maximum notre risque dans une affaire. Le moins d’effort possible est suggéré. Pour le peu d’effort donné, le résultat doit être maximal. Trouvez des façons hors du commun et créatives pour ne pas utiliser votre propre argent. Empruntez ou utilisez l’ADA… l’argent des autres. Pas de temps, le moins possible du moins… Il faut s’efforcer de créer un actif qui se gère en auto-pilote et il faut que les revenus soient continuels et récurrents. Durant ce temps, vous passez à autre chose et créez une autre source de revenus. Finalement, cela rejoindra le dernier point : pas de gestion. Il faut s’entourer des meilleurs pour les tâches que l’on ne veut pas accomplir. Il faut accepter de déléguer notre travail. C’est bien intéressant tout ça, mais on veut des exemples concrets !!! J’ai eu la même réaction que vous. On poursuit notre lecture durant quelques pages et hop, en voici quelques-uns : immobilier, site de vente en ligne, marketing de réseaux, droits d’auteurs, avoir sa propre entreprise, capital attribuant des dividendes. Cette liste n’est pas exhaustive, seule notre imagination peut y mettre fin.

Les piliers de la richesse

Nous voilà dans la partie magique du livre. Robert Allen, auteur du livre Acheter une maison sans cash, nous révèle plusieurs trucs pour réussir dans l’immobilier. Il agira à titre de mentor pour nous dans cette partie du livre. Le premier pilier relate des faits sur l’immobilier et le deuxième pilier parlera de trucs et astuces à connaître pour réussir sur internet. Immobilier Les clés de la réussite

Le point de départ est de faire son profit à l’achat. Robert Allen nous présente des situations de ce type : - Les occasions de rabais (acheter à bas prix et vendre avec profit) - Les propriétés en difficulté (rénovation ou locataires à problèmes) - Les possibilités de conversion (immeuble locatif en condominium) Préférant le chemin rapide de la richesse, ce millionnaire de l’immobilier explique son processus qui est fait de 3 étapes. 1- Trouver les bonnes affaires (dénicher des aubaines)

Il nous dicte certains ingrédients à retrouver pour repérer les aubaines immobilières. Entre autres, rechercher des vendeurs motivés dans les petites annonces, par l’entremise des courtiers, questionner les banques et la cour du comté, publier votre propre annonce du genre : Investisseur immobilier recherche propriété.

2- Financer la transaction (trouver l’hypothèque et la mise de fonds) Tout le monde est devenu riche en empruntant. Autant que possible, achetez avec le minimum de comptant, et idéalement, sans aucun comptant. Par exemple, il suggère de remplacer l’argent nécessaire par votre expertise, d’assumer les obligations du vendeur, d’utiliser les loyers comme mise de fonds ou de tirer avantage de la location avec option d’achat et même de vos cartes de crédit. La possibilité d’avoir recours à un partenaire, actif ou passif, est également dans le lot des suggestions. 3- Et finalement, revendre rapidement (vendre la propriété avec profit)

Il n’y a rien à ajouter ici… « Vendre votre bien et recommencer jusqu’à ce que le million soit dans votre compte en banque » est la route du succès immobilier selon Robert Allen.

Allen termine cette section avec une phrase choc : « N’attendez pas pour acquérir des biens immobiliers. Achetez des biens immobiliers et attendez ! » Internet En utilisant ce pilier, tant Robert Allen que Mark Victor Hansen sont devenus millionnaires. Ils considèrent que c’est le moyen le plus rapide de créer des fortunes. Ils résument la force de ce pilier en nous faisant comprendre qu’avec un produit Unique, Sensationnel et Puissant, vous toucherez le gros lot. Ils nous expliquent ardemment que l’info-industrie renferme des millions de dollars qui sont à la portée de tous. En vendant de l’information (la vôtre ou celle des autres), il est possible d’accomplir des miracles sur le plan des affaires. Une multitude de niches sont à exploiter : connaissances particulières sur un thème, la croissance personnelle, l’amour, l’argent, les passe-temps, les histoires de réussite… et d’échec et bien sûr, les secrets bien gardés des experts dans un domaine précis. Cela peut prendre la forme d’un livre. Les auteurs nous convainquent que tout le monde peut écrire un livre, que tout le monde a un livre en soi. Et que maintenant, rien n’est plus facile que de publier un bouquin. Il semble qu’il soit possible d’imprimer des livres pour 0,25$ la page et 1,50$ pour les couvertures. À titre d’exemple, nous est racontée l’histoire de Cindy Cashman (un nom de famille prédisposant à faire fortune J). Elle a gagné un million de dollars en commercialisant elle-même un livre unique, sensationnel et puissant !!!. Il s’agit de Everything Men Know About Women (Tout ce que les hommes connaissent des femmes). Son pseudonyme à titre d’auteur fut Dr Alan Francis. Le contenu du livre : absolument rien, nothing, niet !!! Que 96 pages blanches. Ce livre est vierge. Il fallait y penser. Cindy est maintenant à la retraite puisqu’elle n’a plus besoin de travailler. La phrase choc du chapitre : « Transformer l’information en argent comptant »

L’exemple stupéfiant qui met fin au livre

Le titre du livre, Le Millionnaire Minute, nous incite-t-il à croire qu’il est possible de devenir millionnaire en une minute? On tient pour acquis qu’Internet est le meilleur véhicule pour y arriver. Robert et Mark possèdent beaucoup de sites internet et réussissent à recueillir plusieurs milliers d’adresses courriel par année. À eux deux, ils possèdent près d’un million de noms. Ils énoncent simplement la formule suivante : si nous offrons un séminaire au prix de 1000$ et que seulement 1% de la liste confirme son inscription en une minute, soit 1000 personnes, et bien 1000 * 1000 donne 1 000 000$. Est-il possible de faire un million de dollars en une seule minute? Les auteurs en sont convaincus. Critique de : « Le Millionnaire Minute » par Mathieu Lajoie du blog Comprendre vos finances

J’ai demandé à Olivier de faire un résumé de ce livre sur son blog Des livres pour changer de vie pour une raison importante : et bien, vous devinez ? Ce livre a changé ma vie bien sûr. Depuis quelques années, je m’informe sur les façons d’acquérir une certaine richesse et d’atteindre l’indépendance financière. Venant d’un milieu modeste, élevé par des parents salariés (et content de l’être), je n’avais pas d’acquis en la matière. Après plusieurs lectures, j’ai déniché ce livre et la lumière a jailli. Le Millionnaire Minute a véritablement révolutionné ma façon de voir les affaires et l’ascension vers la richesse. Ce livre vous apporte à la fois du contenu théorique, mais aussi de bons épisodes de développement personnel et de notions de marketing. C’est du type tout inclus. J’ai vraiment aimé le style d’écriture des auteurs. Ceux-ci ont de l’expérience dans le domaine de la richesse et partagent leurs secrets. On entend souvent que l’on peut devenir riche, mais que cela prendra 40 ans avec de l’épargne automatique et des taux d’intérêt raisonnables. Le Millionnaire Minute nous dit que cette voie est fort possible, mais pas tellement intéressante. Ainsi, il nous décrit les piliers de la richesse et leurs rouages avec leurs avantages. Cela nous pousse à mettre en place un de ces piliers et à créer notre propre richesse. Ceci m’a apporté le filon manquant pour construire mon empire J Allen et Hansen deviennent nos mentors et ils nous accompagnent dans notre cheminement. Avec ce livre, on réalise clairement le pouvoir et le résultat que peut avoir une seule bonne idée sur notre vie. Un grand principe qu’on enseigne dans ce livre, et que je n’avais jamais mis en application avant ma lecture, est la force des sources multiples de revenus. Ne plus dépendre d’un patron est sans doute l’idée du siècle !!! Évidemment, toutes les explications, stratégies et techniques décrites étape par étape font de ce livre un must dans la découverte des secrets pour faire de l’argent. Finalement, l’histoire de Michelle, cette femme qui doit obtenir un million de dollars en 90 jours (raconté sur les pages de droite) apporte une touche romancière et équilibre bien le livre en donnant un moment de détente à notre cerveau. Je suis persuadé que tout le monde trouvera son compte en lisant ce livre. On y découvre plusieurs facettes du monde des affaires et de l’enrichissement. On nous guide sur la route qui nous mènera vers le succès. Toutes ces notions valent amplement les 25$ du livre. Points forts :

Vous donne un bon coup de pied au cul
Ce livre raconte des principes de richesse par des auteurs ayant eux-mêmes atteint l’indépendance financière. Il devient ainsi plus facile de croire en leurs méthodes. Qualité des conseils. Le Millionnaire Minute ne se contente pas d’exposer des concepts vagues. Constamment, des exemples servent d’appui à la théorie. Deux livres en un seul. Il y a un ouvrage théorique, mais en plus, une histoire fictive décrivant les concepts traités dans le livre. On passe continuellement de la théorie à la pratique. C’est absolument motivant.

Points faibles

On explique dans ce livre qu’il existe 4 montagnes de Millionnaire. Cependant, sont décrits seulement l’immobilier et internet. Bien qu’on aborde légèrement l’entreprise privée, ce n’est pas suffisant. Pour ce qui a trait à la Bourse, absolument rien. Les Eurêka. La façon d’aborder les Eurêka, bien qu’essentielle, est un peu lourde à la lecture et il n’est pas rare de relire les passages pour bien comprendre le message. L’histoire de Michelle est un peu exagérée. On a de la difficulté à imaginer pareille histoire dans la réalité.

La note de Matthieu Lajoie du blog Comprendre vos finances :   Bien sûr, rien n’est parfait dans la vie. Alors une note de 5/5 est impossible. Par compte, puisque ce livre a réellement changé ma vie et la façon dont je perçois maintenant les possibilités de richesse, j’attribue une note de 4/5 à ce livre. Lire plus de commentaires sur “Le Millionnaire Minute” sur Amazon Avez-vous lu “Le Millionnaire Minute” ? Combien le notez-vous ? Note: There is a rating embedded within this post, please visit this post to rate it. Acheter "Le Millionnaire Minute" sur Amazon :

Pour recevoir gratuitement un podcast "7 étapes pour vaincre la Procrastination et rester motivé pour créer ou diriger une entreprise" et une vidéo "7 livres indispensables pour Créer son Entreprise", cliquez ici et laissez-moi votre adresse email pour que je vous les envoie gratuitement ! ;)

Article publié sur Des Livres Pour Changer de Vie. Si vous voyez cet article sur un autre site, il s'agit d'une copie éhontée. Google+Related posts: Les secrets d’un esprit millionnaire L'Autoroute du Millionnaire

]]>
Mon, 30 Jul 2012 17:00:00 +0200 http://www.olivier-roland.fr/items/view/1695/Le-Millionnaire-Minute
L’Autoroute du Millionnaire http://www.olivier-roland.fr/items/view/1026/LAutoroute-du-Millionnaire

Phrase résumée de l’Autoroute du Millionnaire: Contrairement à la croyance populaire relayée par les différents « gourous de l’argent » qui prône un enrichissement lent sur 40 ans, il existe une voie rapide vers la richesse, une autoroute qui décrit exactement comment MJ DeMarco, entrepreneur parti de zéro est arrivé à devenir multimillionnaire et retraité trentenaire.

Par : MJ DeMarco, Viperion Publishing, 2011, (321 pages, Broché, english). Cette chronique invitée a été écrite par Jean-Yves du blog Potiondevie, spécialisé en mémoire, développement personnel et recherche de l’excellence. Chronique et résumé du livre : « L’Autoroute du Millionnaire» (The Millionnaire Fastlane) Introduction Avant-propos et mise au point par l’auteur. D’ailleurs, qui est-il pour oser nous parler de « devenir riche rapidement » alors que la tendance est plutôt à la prudence en matière d’argent ? Mj DeMarco est un entrepreneur multimillionnaire à la tête de l’entreprise leader de location de limousines aux États-Unis. Sa particularité est d’avoir vendu son entreprise une première fois, puis de l’avoir racheté, pour la mener vers les sommets. Il se distingue également par un style très direct, parfois même sans concessions quant à la vision de l’argent partagée par 90% d’entre nous. Il se montre également impitoyable quant à certains fameux conseils d’enrichissement tout en nous parlant avec un ton très proche, comme s’il était là, à côté de nous ! Vous pouvez d’ailleurs vous faire une bonne idée du style de l’auteur en visionnant sa chaine YouTube ! Mj DeMarco est un passionné de voitures qui compare le chemin vers la richesse à un « road trip ». Il distingue trois voies vers la richesse : Le bas-côté de la route ; La voie lente, et la voie rapide (l’autoroute). Partie 1 : La richesse en fauteuil roulant : « s’enrichir lentement » veut dire « être riche en étant grabataire » ! Le grand mensonge : s’enrichir lentement. Pensez-vous vraiment que le gars qui vit dans son palace au bord de la mer avec son yacht et ses voitures de luxe a passé sa vie à économiser 10% de son salaire en utilisant les coupons de réduction ? Malgré l’évidence de la réponse, la population est comme lobotomisée dans le grand mensonge qu’est l’enrichissement lent progressif : une route longue et hasardeuse, au bout de laquelle les rares qui arrivent à destination ont déjà l’âge d’aller en maison de retraite. La voie lente ou le « s’enrichir lentement » prend toute une vie et dépend de beaucoup de facteurs qui ne dépendent pas de votre contrôle. De plus, cette voie implique de vivre dans une frugalité inconsidérée tout en sacrifiant vos rêves dans l’espoir de pouvoir (peut-être) les vivre 60 ans plus tard. Les 90 secondes qui ont changé la vie de MJ et la découverte de l’autoroute des millionnaires Alors que l’auteur était jeune, il partit faire une course pour sa mère, lorsque dans la rue, il vit un jeune homme au volant d’une superbe Lamborghini se garer non loin de lui. Attisé par la curiosité, MJ alla directement demander au jeune propriétaire ce qu’il faisait dans la vie. Celui-ci lui a simplement répondu : « inventeur » avant de s’en aller. Depuis ce jour et cette courte rencontre, DeMarco a voué toute son énergie à la recherche de cette voie qui avait fait de cet homme le propriétaire d’une voiture coutant plus cher que la plupart des maisons sur le marché ! Malheureusement, tout ne fut pas rose et sa fougue du début le conduisit rapidement à une série de déceptions et de déconvenues assez cuisantes. Enchaînant les petits boulots mal payés aux horaires impossibles, il finit par sombrer dans la dépression. Abandonné de tous, y compris sa propre mère, il dut se résigner à accepter un énième travail ingrat : conducteur de limousine. Malgré tout, ce travail lui a redonné espoir car en tendant l’oreille et en écoutant sa clientèle bien plus qu’aisée discuter à l’arrière du véhicule, il a confirmé l’existence d’une voie rapide vers l’enrichissement qui n’avait rien à voir avec l’héritage ou gagner au loto. Un soir d’hiver, il décida de claquer la porte de sa ville natale et de s’installer à l’autre bout du pays : à Phoenix, avec 900 $ en poche et un vieux matelas ! Ce fut le début de la découverte… Il créa sa première entreprise sur internet de location de limousine. Il eut rapidement un certain succès, et grisé par les perspectives de gains rapides, il revendit son entreprise pour 250 000$. Pensant être riche, il se rendit compte que ce fut loin d’être le cas et que tous ses artifices ne faisaient pas de lui un homme riche. Croulant sous les dettes, il dut tout revendre. Partie 2 : La richesse n’est pas une route mais un voyage C’est là que les choses sérieuses commencent. Renforcé dans ses convictions qu’il était possible de s’enrichir rapidement malgré la dilapidation de son argent, MJ commençait à entrapercevoir la formule de la voie rapide vers la richesse. Maintenant que l’histoire a commencé pour l’auteur, il est temps qu’elle commence pour VOUS ! Voici donc le plan de bataille : Votre carte routière : Distinctions et habitudes des trois voies :

Le bas-côté La voie lente La voie rapide

Le succès est affaire de travail et non de résultat attendu. Le comportement typique de celui qui veut s’enrichir est guidé par le résultat et non par le travail à accomplir. MJ vous donnera des pistes pour identifier quelle est votre voie actuelle et comment en changer pour prendre l’autoroute. Votre véhicule : Le véhicule c’est vous. Le carburant dont vous aurez besoin pour faire avancer vos affaires, le moteur dont vous devrez vous doter pour éviter les pièges dans lequel il est tombé, et le pare brise pour éviter les « cailloux » sur la route. Vos routes possibles : Certaines sont plus rapides que d’autres. Inventer quelque chose est plus rapide que le salariat. Entreprendre rapporte plus que de changer de job. Investir, inventer, recréer sont les routes les plus directes vers la richesse Votre vitesse : La vitesse est votre faculté à transformer vos idées en actions concrètes. C’est là que pêchent de nombreux apprentis. Sans vitesse, votre destination ne sera jamais atteinte. Chacune de ces composantes de l’autoroute du millionnaire fait l’objet d’une ou plusieurs parties du livre. Mais le principe de fond reste le même : Suivre l’autoroute est un état d’esprit qui requiert de la détermination, du travail et un changement de point de vue constant sur le monde des affaires. Vous devez penser en termes de processus et de travail, en termes de création et non de consommation et en termes de contrôle plutôt que délégation. Ce dernier point écorche au passage un auteur bien connu
Après vous avoir posé des questions bien ciblées sur votre vision de l’argent et de la richesse, pour vous situer un petit peu, l’auteur attaque vos cartes routières disponibles. Partie 3 : La pauvreté : la route du bas-côté

Le bas-côté est la route la plus empruntée dans la vie. C’est une route financière sans aucune destination et caractérisée par des comportements typiques parmi lesquels vous trouverez des détails qui vont vous surprendre :

Vous n’avez rien appris de plus depuis la fin de votre scolarité Vous changez souvent de job. Vous avez foi envers les politiciens pour changer le système plutôt que de changer vous-même Vous vivez de votre salaire en attendant le prochain. (Et non, ce n’est pas tout le monde !) Vous achetez régulièrement des tickets de loteries et vous dépensez régulièrement de l’argent dans les casinos. Vous n’avez pas d’économies de réserve. Vous êtes facilement impressionné et vous cherchez à impressionner.

MJ décrit chaque point avec humour acide. Son but est ici de vous faire prendre conscience des schémas de comportement qui mènent vers la pauvreté. Ce qui veut dire que donner plus d’argent à des personnes empruntant le bas côté reviendra invariablement à la pauvreté. Pensez à ces gagnants de la loterie qui ont réussi à dilapider leurs gains ! Pensez à l’auteur lui-même qui a revendu son entreprise la première fois pour s’acheter des vêtements de designer et des voitures à crédit ! Quelqu’un qui utilise le bas côté comme route financière ne possède en réalité pas de plan de richesse et même si celui-ci devenait riche par accident, cela ne changerait pas sa façon de gérer l’argent. Un train de vie de 1500 € par mois lorsque vous n’en gagnez que 1000 vous place évidemment dans le bas côté. Sur celui-ci, les crédits sont utilisés comme moyen d’augmenter son revenu et non comme une épine dans le pied. L’illusion de la richesse : avoir l’air riche C’est la mésaventure arrivée à l’auteur qui pourtant a gagné 250 000 $ en revendant son entreprise. Sa préoccupation a été de se payer ce qu’il n’a jamais pu s’offrir avant. Mais sans plan de route, le bas côté l’a rendu pauvre. DeMarco dénonce la toxicité de la société de consommation et remet les choses au clair sur la richesse. Celle-ci est déterminée par une richesse de relations, de santé et de liberté et aucunement par les possessions matérielles. L’argent ne fait pas le bonheur…. Et la pauvreté ? La trinité de la richesse est donc celle-ci :

Liberté Santé Relations

Utiliser l’argent intelligemment enrichit la trinité de la richesse. L’argent peut acheter le temps, ce qui augmente votre liberté. Votre patron achète votre temps, ce qui lui augmente sa liberté par exemple. L’argent ne peut pas acheter le bonheur parce que celui-ci ne sert qu’à acheter des biens de consommation. La santé et les relations sont source de bonheur. Se rendre dépendant de la consommation en achetant toujours plus vole votre liberté. La liberté fait partie de la trinité de la richesse. Plus vous êtes dépendant d’un style de vie gourmand en consommation, moins vous êtes libre, surtout lorsque votre source de revenu (seul le salaire dans le cas d’un bas-côté) s’effondre. Le bas côté rend dépendant aux marchands de rêves. Oui, ce DVD qui vous promet de devenir riche facilement ou ce séminaire qui coûte des milliers d’euros pour vous apprendre à vous enrichir en investissant en bourse. Mj DeMarco n’a jamais promis qu’il était facile de gagner de l’argent, il a juste dit que le processus pouvait être rapide, ce qui est très différent. Ceux qui empruntent le bas-côté sont focalisés sur le résultat (les gains). L’autoroute du millionnaire vous focalise sur le processus à accomplir en faisant fi du résultat dans un premier temps. La loi de la victime « Les auto-stoppeurs ne conduisent pas ». Toujours dans cette métaphore en filigrane de tout son travail, l’auteur continue de pointer du doigt l’état d’esprit à changer si vous voulez passer du bas côté à l’autoroute de la fortune. Pour être sur l’autoroute, il faut conduire, et celui qui marche au bord de la route ne conduit pas par définition. Conduire, c’est prendre ses responsabilités et arrêter de se comporter en victime. Jusque-là, rien de révolutionnaire. Tout le monde sait que Caliméro ne deviendra jamais riche. Mais là où cela devient intéressant, c’est que MJ donne les points à améliorer ainsi que des pistes de départ pour se sortir de la victimisation. Le simple fait d’exister ne vous fait rien mériter. Le bas côté est en fait un repaire de narcissiques égoïstes . L’un des points clé est de garder le contrôle de sa propre route, de son propre véhicule et de sa propre direction. Vous l’aurez compris : MJ condamne la délégation de son avenir financier à d’autres personnes. Vous seul devez être au volant de votre véhicule ! Partie 4 : La médiocrité : la route de la voie lente Le mensonge que l’on vous a vendu : la voie lente Cette partie est un véritable électrochoc car l’auteur va à contre-courant de tous les conseils de bon sens que vous pouvez lire dans les ressources en finances personnelles ! Pour quelqu’un sur la voie lente, la richesse se définit ainsi : Richesse = Valeur sur le marché + intérêts composés Voici les principales armes de la voie lente vers la richesse :

Allez à l’école Obtenez des bons diplômes La frugalité c’est bien Renoncez à Starbucks Payez-vous en premier Heures supplémentaires bienvenues Payez votre résidence principale rapidement Vivez en dessous de vos moyens Utilisez les bons de réduction et les cashbacks Achetez des valeurs sûres et gardez-les toute votre vie Mettez de côté 10% de vos revenus Votre maison est un actif

Ce mode de pensée est à mon sens très répandu en France et ces points (ainsi que beaucoup d’autres énoncés) font partie intégrante de ce qui nous est vendu comme « l’enrichissement progressif ». Le problème est que ce plan prend des dizaines d’années à réussir, et qu’il est plus risqué que l’entrepreneuriat ! Le conducteur de la voie lente accepte le sacrifice de ses belles années de jeunesse dans l’espoir d’avoir un crépuscule de sa vie meilleur. Or un plan qui s’étend sur autant de temps et dépendant de beaucoup de facteurs incontrôlables s’avère hasardeux. La conjoncture économique ou un licenciement peut rapidement vous mettre à mal. Sur la voie lente, vous échangez deux jours de liberté (samedi dimanche) contre 5 jours de sacrifice (lundi à vendredi). L’échange criminel : votre travail Les 4 erreurs du salariat : 1- Même les salaires les plus élevés n’enrichissent pas rapidement. Dans un tableau récapitulatif, DeMarco montre avec des calculs simples que même un médecin spécialisé mettrait 105 ans pour économiser 1 million de dollars en épargnant 10% de ses revenus. Le temps est la ressource la plus précieuse car la seule qui est limitée. Ce qui rend n’importe quelle forme de travail corrélée au temps inefficace dans la perspective d’être riche. 2- Manque d’expérience. L’expérience vient de ce que vous faites dans la vie, et non de ce que vous faites dans votre travail pour payer vos factures. Quelle expérience a le plus de chances de vous rendre riche ? Celle de votre routine quotidienne de vos tâches au travail ou l’expérience retirée de créations de votre crû pouvant vous rendre financièrement indépendant ? 3- Aucun contrôle. Être salarié est comme être le passager à l’arrière d’un Pick-Up. À la moindre secousse (licenciement, maladie) vous êtes dehors. 4- Se payer en dernier. Même si se payer en premier revient régulièrement dans les doctrines des gourous des finances personnelles, c’est impossible à effectuer lorsque vous êtes salarié. C’est toujours l’état qui se servira en premier. Si tout le monde se sert de votre argent gagné en premier et que vous devez économiser sur ce qu’il reste après les abonnements, n’espérez pas vous enrichir rapidement ! La voie lente : pourquoi vous n’êtes pas riche Dans cette partie, Mj DeMarco démolit littéralement l’adage qui veut que « 10 000 € investis maintenant vaudront 2.5 millions dans 40 ans avec un taux de rendement de 15% » En fait, compter seulement sur les intérêts composés pour s’enrichir est une illusion. Les intérêts composés sont corrélés au temps, et comme vous l’avez découvert plus tôt, tout ce qui est corrélé au temps limite la richesse. De plus, les taux de rendements sont imprévisibles, surtout sur une période aussi longue. Les fameux gourous de la finance prêchent une stratégie qu’ils n’appliquent pas. Aucun n’est devenu millionnaire rien qu’avec des coupons de réduction ou en obtenant de meilleurs diplômes ou en investissant sur les intérêts composés. Ce qui les fait devenir riches, ce sont les méthodes qu’ils vendent. Eux sont sur la voie rapide. Partie 5 : La carte de la richesse : l’autoroute Après avoir constaté la futilité de notre comportement vis-à-vis de l’argent, il est l’heure de découvrir cette fameuse autoroute du millionnaire. À ce stade-là, beaucoup de choses ont été remises en question. La voie lente n’est effectivement pas bonne dans une optique de richesse. Il faut trouver cette fameuse autoroute. L’autoroute est un système d’entreprise contrairement à la voie lente qui utilise le salariat comme source de revenus. La formule de la richesse sur l’autoroute est celle-ci : Richesse = résultat net + valeur de l’actif. Ce qui implique deux moteurs sur lesquels jouer : le résultat net et la valeur de l’actif. Résultat net = Unités vendues x bénéfice par unité Pour vous donner un exemple : Si vous vous mettez à vendre des produits sur internet, vous pouvez générer de la richesse en augmentant le nombre d’unités vendues (via un bon marketing, des résultats, des témoignages, etc.) et/ou via en augmentant le prix du produit. Contrairement au salariat et aux intérêts composés, vous pouvez agir sur ces deux parties sans corrélation avec le temps ! Dans son exemple, Mj DeMarco vous montre que l’augmentation d’un seul % de vente lui rapportait 480 $ par jour soit 14 400 $ par mois ! Combien faudrait-il de temps à un cadre employé pour atteindre ce montant ? Et en augmentant le prix de 0.5 $ par produit vendu, il passe d’un bénéfice de 8000 $ par jour à 10 800, soit un total de 84 000 $ supplémentaires par mois ! Vous commencez à saisir l’importance de ces deux leviers lorsque vous créez et proposez des choses aux gens. Car l’autoroute c’est cela : Détecter les besoins des consommateurs et y répondre. Avez-vous besoin d’être passionné ? Non ! Là encore, il s’agit d’une affirmation à contre-courant ! La passion ne remplit pas nécessairement les caisses. « L’arbre à billets » que vous allez créer si. Les 5 modèles d’entrepreneuriat éligibles à l’autoroute Mj sélectionne pour vous 5 types « d’arbres à billets » que vous pouvez créer et qui sont éligibles à l’autoroute de la fortune : 1- Les systèmes de location Investissements locatifs, les brevets, les marques déposées sont des idées de systèmes de location 2- Les systèmes de logiciel ou de programmation Les applications iPhone ou les logiciels pour ordinateurs par exemple. 3- Les systèmes d’information (les blogs qui vendent des services, ça ne vous rappelle rien ? ) Assez explicite ! 4- L’affiliation, la franchise Créer du marketing de réseau, payer des commissions pour que des gens vendent vos produits là où vous ne pouvez pas aller vous-même. 5- Les systèmes de ressources humaines (Une entreprise autogérée par de bons salariés) L’auteur prend l’exemple d’un lecteur de son forum qui possède plusieurs entrepôts de stockage entièrement gérés par des employés aux quatre coins du pays. La vraie loi de la richesse Ainsi donc, pour générer le maximum de richesse, vous devez jouer sur les deux paramètres :

L’amplitude (le nombre d’unités vendues) La magnitude (le prix vendu)

Ce qui veut dire que pour gagner des millions, vous devez rendre service à des millions de gens. Si vous ouvrez un magasin dans votre ville, votre amplitude sera plafonnée. Si vous en ouvrez 2, vous la doublez. Si vous vendez vos produits sur internet, votre amplitude potentielle est le monde entier ! Pour affecter la magnitude (le prix) de votre richesse, vous devez créer de la valeur et améliorer constamment vos produits et vos services mais également proposer des services qui ne sont pas rendus par les concurrents. Il existe également des techniques marketing pour augmenter le prix d’une unité vendue. Partie 6 : Votre véhicule : Vous ! Le pouvoir des choix Les choix forment votre direction ainsi que votre façon de nettoyer votre pare-brise tout au long de l’autoroute. Une fois que vous avez accepté de prendre vos responsabilités et arrêté de tomber dans la loi de la victime, vous devez faire face à chaque conséquence de chaque choix. Au cours de sa vie, Mj a conçu deux outils pour l’aider à faire face à des choix importants. Il les partage dans ce chapitre. Le premier est l’analyse du « pire scénario possible ». Il se décompose en 3 questions auxquelles vous devez répondre lorsqu’un choix épineux se présente à vous et que vous n’avez pas le temps de réfléchir trop longtemps. 1- Quelle est la pire conséquence possible de ce choix ? 2- Quelle est la probabilité de cette conséquence ? 3- Est-ce que c’est un risque acceptable ? La réponse à ces questions ne doit pas prendre plus de quelques secondes. Lorsque les choix sont plus longs à décider cependant, DeMarco a créé le design d’une matrice d’analyse de décision. Il s’agit là de son deuxième outil. Plein de bon sens, il a l’avantage de vous donner votre meilleure solution pour prendre une grande décision. À travers un exemple vécu, l’auteur vous invite à découvrir cette fameuse matrice. Alors qu’il était confronté à une lourde dépression, il hésitait entre deux choix lourds de conséquences pour son avenir. Rester à Chicago ou partir s’installer loin au sud, à Phoenix (Arizona).

Facteurs

Chicago

Phoenix

La suite consiste à remplir la colonne « facteurs » d’éléments importants pour vous à prendre en compte lors de votre décision. Voici son exemple :

Facteurs

Chicago

Phoenix

Climat

   

Coût de la vie

   

Écoles

   

Dynamisme économique

   

Impôts locaux

   

Sécurité

   

Activités / loisirs

   

Proximité de la famille

   

Vous avez décidé les éléments importants à prendre en compte lors de votre future décision. Maintenant il faut décider de leur importance en adjoignant à chacun d’entre eux un coefficient de 1 à 10. Voici ce que cela donne pour MJ :

Facteurs

Chicago

Phoenix

Climat (10)

   

Coût de la vie (6)

   

Écoles (3)

   

Dynamisme économique (2)

   

Impôts locaux (7)

   

Sécurité (4)

   

Activités / loisirs (8)

   

Proximité de la famille (7)

   

Comme vous pouvez le voir, tous les facteurs n’ont pas la même importance pour MJ. Et il en sera de même pour vous. C’est maintenant que vous devez décider de leur poids respectif. Au fond cette matrice ressemble à nos anciens bulletins scolaires ! Une fois cette tâche effectuée, il vous faut être honnête et adjuger des points à chacune des deux (ou plus) options. Voici ce que cela donne pour MJ.

Facteurs

Chicago

Phoenix

Climat (10)

2 (20)

8 (80)

Coût de la vie (6)

5 (30)

7 (42)

Écoles (3)

2 (6)

5 (15)

Dynamisme économique (2)

6 (12)

4 (8)

Impôts locaux (7)

6 (42)

7 (49)

Sécurité (4)

3 (12)

6 (24)

Activités / loisirs (8)

5 (40)

2 (16)

Proximité de la famille (7)

10 (70)

0 (0)

Total

232

234

En parenthèses dans le tableau, le total des points une fois multiplié par le coefficient de chaque facteur. Tout en bas du tableau, le total des points, indiquant le meilleur choix selon vos propres critères. Devant vous, noir sur blanc. Malgré certains facteurs qui comptent beaucoup pour MJ en faveur de Chicago, (proximité de la famille, activités loisirs, etc.) le meilleur choix se révèle être le déménagement à Phoenix. Pour 2 petits points, l’auteur a franchi le pas, et nous exhorte à faire de même, afin d’éviter les « non-choix » ou de se laisser gouverner par la peur. Cette matrice ne doit être utilisée qu’en dernier ressort, lorsqu’il s’agit de grandes décisions impliquant l’avenir au sens large. Cela n’aurait pas de sens de s’en servir pour chaque petite décision. Dans ce cas-là, l’auteur précise qu’il vaut mieux utiliser l’analyse du pire scénario possible. Changer la direction des vents. C’est un conseil que l’on voit beaucoup en ce moment sur la blogosphère et dans les blogs de développement personnel : pour réussir, il faut parfois se couper de certaines relations toxiques même si elles font partie de votre entourage. Par peur, par jalousie ou par inquiétude à votre égard, même vos proches peuvent vous ralentir dans votre enthousiasme à prendre l’autoroute de la fortune. Ces personnes peuvent être :

Les amis et la famille qui ne vous comprendront pas Le système d’éducation qui prêche une vie de salariat et de voie lente. Vos parents qui pensent que la richesse, c’est pour les autres Les gourous de l’enrichissement qui affirment que votre maison est votre meilleur investissement Les gourous de l’enrichissement qui affirment que 100 $ investis aujourd’hui vaudront 10 millions dans 50 ans. Votre environnement.

Il ne faut pas que vous hésitiez à fermer la porte de votre véhicule à ces « vents contraires ». Vous devez au contraire chercher l’appui de vents allant dans votre direction. À savoir les gens qui réussissent et qui sont dans votre domaine d’activité, ou bien les clubs d’entrepreneurs, etc. Les gens que vous rencontrerez sur la route seront comme des frères d’armes sur le champ de bataille. Ils peuvent vous sauver la vie, vous aider à rester en vie, ou mener à votre perte. Vous devez les choisir en gardant bien cela à l’esprit. Votre carburant essentiel : Le temps Vous devez voir le temps comme la plus précieuse de vos richesses. L’argent est infini dans le monde, alors que le temps est rare. Pour illustrer ce principe, l’auteur aime à rappeler une scène du film Titanic. Alors que le navire s’enfonce inexorablement dans l’océan glacial, les nobles et les riches accourent vers les canots de sauvetage. Ils tentent d’acheter leur place auprès des officiers du bateau. Ceux-ci répondent : « votre argent ne peut pas plus vous sauver que moi ! » C’est avec cette réplique que les entrepreneurs sur la route de la fortune voient l’importance du temps. Et vous devrez faire pareil au lieu d’attendre 1h à une file d’attente pour votre seau d’ailes de poulet gratuit ! Changez régulièrement votre huile ! Quelle est l’huile de votre moteur ? Votre éducation ! Et malgré ce que pensent 90% des gens, l’éducation ne s’achève pas à l’obtention du diplôme. Au contraire, celle-ci commence juste à ce moment-là ! Apprendre des connaissances utiles pour votre business ou « arbre à billets » est essentiel. Et de nos jours, il n’y a aucune excuse à ne pas se former tout au long de sa vie car les connaissances sont accessibles gratuitement via les bibliothèques, internet, les forums spécialisés de qualité. L’éducation est un levier puissant qui fera la différence entre un véhicule (vous) qui roule jusqu’à destination (votre richesse) ou un véhicule qui grille au milieu de la route. L’auteur donne alors quelques trucs pour s’éduquer sans dépenser des fortunes et vous apprend à faire la distinction entre les bons et les mauvais plans d’investissement intellectuels. Payer trop cher pour changer son huile est contre-productif ! Apprenez à faire la différence entre un réel plus dans votre projet ou une perte de temps et d’argent. La ligne rouge : l’accélérateur Le cœur du problème pour de nombreux entrepreneurs (et surtout web entrepreneurs !). Êtes-vous prêt à franchir la ligne rouge ? Celle qui démarque la limitation de vitesse traditionnelle en ville de celle réservée aux autoroutes. En roulant en 50km/h, vous mettrez énormément de temps à arriver à destination. À travers cette métaphore se cache la différence entre le succès et l’échec. Enfoncer la pédale d’accélération, cela veut dire agir, agir et encore agir. Vous devez considérer la valeur de vos idées comme 0. L’auteur considère même les bonnes idées comme des pets de l’esprit ! Seule votre capacité à transformer ces idées en processus de travail compte. Étés vous simplement « intéressé(e) » ou « investi(e) » par votre projet d’entreprise ? L’autoroute n’est ouverte qu’à ceux qui sont investis. On ne roule pas à 50km/h sur l’autoroute. Quelques indices :

Chaque fois que vous vous dites « un jour », vous mettez le pied sur la pédale de frein. Chaque fois que vous attendez qu’un évènement arrive avant de vous lancer, vous mettez le pied sur la pédale de frein.

Il n’y a aucun timing parfait et la chance ne sourit pas à ceux qui attendent le bon moment mais à ceux qui la saisissent. Beaucoup d’entrepreneurs laissent leur véhicule au garage en ne se lançant jamais. Selon MJ, il existe une différence entre prendre des risques pour le plaisir d’agir et prendre des risques intelligents et calculés pour lesquels les chances de gains surpassent largement les pertes envisageables. Partie 7 : les routes de la richesse Votre véhicule est prêt, la route est dégagée de ses obstacles, vous appuyez sur l’accélérateur. Mais est-ce que votre entreprise va vers la direction de la richesse ou vers la falaise ? C’est dans cette partie que vous serez jugé(e) sur vos intentions et la solidité de votre projet ! Avoir l’état d’esprit ne suffit pas. Vous devez avoir un projet qui tient la route (c’est le cas de le dire !). Quels sont les 5 commandements d’un projet éligible à l’autoroute des millionnaires ?

Le commandement du besoin Le commandement de l’entrée Le commandement du contrôle Le commandement de l’échelle Le commandement du temps

Le commandement du besoin Le premier commandement (et le plus important) est celui du besoin. Est-ce que votre entreprise ou votre projet répond à un besoin ? Est-ce qu’il rend la vie plus facile ou moins pénible ? Le plus gros problème des gens qui se lancent est qu’ils cherchent avant tout à « faire de l’argent », ce qui les place en position égoïste et viole le commandement du besoin. Pour attirer l’argent, vous devez consacrer vos efforts à rendre service et à répondre à une demande en faisant abstraction des résultats à venir. Une fois encore, il est question de se concentrer sur le processus et non les résultats. Un autre mythe à déboulonner est celui du « Fais ce que tu aimes ». Réfléchissez un instant. Est-ce que quelqu’un paierait pour vous voir faire ce que VOUS aimez ? Cela ne sera le cas que si ce que vous aimez faire répond à une attente ou comble un manque chez vos prospects ! De plus, en transformant vos passions en travail, vous risquez de perdre tout le plaisir de ces activités. À moins que vous ne soyez le meilleur dans votre passion (et non pas un simple amateur), faire de vos passions une activité à temps plein est en désaccord avec le commandement du besoin. De plus, à moins que vous n’ayez des passions extrêmement rares (et étranges), celles-ci mènent vers des activités déjà fortement concurrentielles et avec peu de marges possibles. Vous devez faire de votre route votre passion et non pas diriger votre route vers votre passion. La nuance est capitale. Le commandement de l’entrée Quelle est la facilité d’accès de votre activité ? Est-ce qu’il est difficile de faire la même activité que vous (beaucoup de barrières d’entrée, notamment dans l’éducation nécessaire, tiens donc !) ou est-ce que n’importe qui pourrait monter le même business que vous ? S’il est facile de vous imiter, la concurrence augmente et votre route faiblit. Vous devez alors trouver un moyen de changer de route ou de la renforcer en proposant d’autres expertises peu facilement imitables. Méfiez-vous du « tout le monde le fait », car c’est un signe que la route est fortement concurrentielle et donc les marges basses ainsi qu’une difficulté extrême à se démarquer. DeMarco sous-entend en fait qu’un marché de niche requérant un certain savoir-faire est beaucoup plus viable qu’un système de formation vous apprenant à gagner en bourse avec un DVD. N’importe qui peut créer un DVD de formation sur comment apprendre les bases de la bourse et le vendre. Comme « tout le monde » a envie de devenir riche, le marché est fortement concurrentiel et les barrières d’entrées faibles (n’importe qui peut créer une formation sans beaucoup d’expertise dans le sujet). Est-ce que votre « arbre à billets », votre projet possède des barrières d’entrées fortes ou faibles ? Évoluez-vous dans un secteur saturé ou spécifique ? Le commandement du contrôle Êtes-vous un meneur ou un suiveur ? Êtes-vous à la tête de votre entreprise ou bien est-ce que ce sont d’autres personnes ? Est-ce que votre projet est dépendant des actions d’autres personnes ou bien avez-vous le contrôle de votre véhicule ? Êtes-vous un auto-stoppeur ou un conducteur ? Après avoir visionné au moyen d’indices si vous êtes un conducteur ou un passager de votre véhicule, vous devez être mis en garde. Les suiveurs peuvent gagner un peu d’argent. Les meneurs en gagnent beaucoup, et parfois énormément. Vous devez créer les affiliations et non les suivre. Vous devez créer votre marque et non vendre celle des autres. Vous devez avoir la liberté de choisir votre direction et non suivre l’influence des autres acteurs. Les affiliations sont une partie de l’autoroute de quelqu’un d’autre, pas la vôtre. Cherchez à créer des choses uniques plutôt que d’être le « VRP » d’autres personnes. Être un « VRP » viole également le commandement de l’entrée, car n’importe qui peut le faire ! Le commandement de l’échelle Quelle est la portée de votre entreprise ? Est-elle très locale, locale, départementale, régionale, nationale, internationale ? Si vous voulez gagner des millions, vous devez impacter la vie de millions de vos concitoyens. Visez haut et de façon ambitieuse. Internet est l’outil idéal pour toucher le plus grand océan de vies qui existe, mais ouvrir une boutique en bas de votre quartier résidentiel ne touchera que votre voisinage. Faites en sorte que votre portée affecte le plus grand nombre possible. Même si internet sonne comme une évidence, les chaînes de magasins qui fleurissent sur chaque continent touchent également des millions de gens, tout comme les enseignes dans les capitales. Si vous inventez un gadget utilisé par des millions de personnes, peu importe la valeur du gadget, vous serez sur la voie du millionnaire. L’auteur liste ensuite une pléthore d’autres options que je ne citerai pas ici, l’idée étant suffisamment explicitée dans ces quelques lignes . Le commandement du temps Comme vous l’avez vu, le temps est la richesse la plus précieuse. Est-ce que votre projet est corrélé au temps qui passe ? Est-ce que votre entreprise peut être automatisée (sans en perdre le contrôle !) ? Est-ce qu’elle vous permet de recruter pour vous passer de certaines tâches gourmandes en temps et non-indispensables ? Votre entreprise vous permet-elle de gagner de l’argent même quand vous n’êtes pas là ? Une entreprise « mariée » avec le temps qui passe s’appelle un travail. Les trois « I » de l’autoroute des millionnaires. Comme l’auteur en parlait dans le commandement du contrôle, la condition pour terminer avec des millions en banque est d’être un meneur et non un suiveur. Pour cela, il existe la règle des trois « I »

Internet Innovation Itérations

L’utilisation des trois en même temps n’est pas obligatoire mais peut largement accélérer votre vitesse ! L’intérêt d’internet a déjà été largement débattu ci-dessus. Internet permet tout simplement d’obtenir la plus grande magnitude et échelle possible avec vos produits. C’est le meilleur moyen d’impacter des millions de vies partout dans le monde. L’innovation est ce qui vous place devant vos concurrents. Vous devez réinvestir l’argent que vous gagnez avec votre « arbre à billets » dans l’innovation et la recherche d’améliorer encore et toujours vos services. En ligne de mire, servir mieux, servir plus, et répondre à plus de besoins. L’itération est un mot scientifique qui veut dire, réessayer dans une même intention en changeant un détail. Parfois vous n’arrivez pas à atteindre vos buts. La différence entre la réussite et l’échec se situe dans la persistance en changeant des détails. Évidemment, abandonner au premier échec et partir dans une autre direction vous ralentit. Si votre entreprise respecte les 5 commandements précédents, la seule chose qui compte est votre capacité à vous adapter et à changer les détails pour les faire correspondre à vos prospects. Les itérations peuvent également avoir lieu dans les produits des autres ! Cela rejoint un peu l’innovation, mais améliorer un produit existant est un levier puissant d’enrichissement. Sachez saisir les opportunités et relever les challenges qui vous étaient invisibles jusqu’alors, car vos préoccupations avant d’entrer sur l’autoroute étaient centrées sur vos désirs de « faire de l’argent » et non de répondre à un besoin. Comment trouver les bonnes routes d’accès à la voie des millionnaires ? C’est simple. Si vous suivez l’état d’esprit que prône l’auteur, vous allez mettre en recherche de routes d’accès. Les opportunités sont partout autour de vous. Écoutez plus attentivement :

Chaque fois que vous ou quelqu’un d’autre s’exclame : « c’est nul… » Chaque fois que vous ou quelqu’un d’autre se dit : « ce serait bien que… » Idem en ce qui concerne « j’en ai marre de… » Il en va de même pour les questions du type : « pourquoi ça fonctionne comme ça ? » Chaque fois que vous (ou quelqu’un d’autre) se sent frustré vis-à-vis d’une situation

Tous ces points forment vos opportunités de vous lancer sur une route d’accès qui mettra peut-être sur l’autoroute des millionnaires ! Donnez à votre route une destination finale Il y a une fin à l’autoroute, une destination à votre voyage et vous devez tenter de la déterminer. Faites l’inventaire de votre vie de rêve. Calculez le prix de tout ce dont vous auriez besoin pour votre vie de rêve. Que ce soit immobilier, véhicules ou revenus passifs. Faire cet exercice vous permettra de déterminer votre somme à gagner au cours de votre voyage. Si vous ramenez l’énorme montant d’argent nécessaire sur 12 mois, cela vous donne un point de repère très motivant ! Au final, ce que l’on nomme vie de rêve n’est pas aussi astronomique en argent que l’on pourrait croire ! Une destination finale est possible et c’est à vous de trouver les moyens pour y arriver. Mettez également en place une habitude d’économie de l’argent en trop. Attention, il ne s’agit pas d’épargner en tant que mode de vie mais bien de mettre en place un système psychologique de motivation qui fait que chaque cent mis de côté vous rapproche de votre but final ! Évidemment, une fois que vous avez pris l’habitude de gravir chacune des marches, cessez ce système et allez créer vos produits et votre marque ! Partie 8 : Votre vitesse ! Dans la partie finale, MJ vous met en garde contre les dangers de l’attitude qui consiste à vendre sans tenir compte des retours de vos clients. Croyez-le ou pas, ce sont eux qui font votre fortune ou votre perte. Et avec un tel pouvoir, toutes les remarques doivent être écoutées. Il existe 4 types de retours négatifs que vous devez prendre en considération si vous voulez obtenir la vitesse maximum sur votre autoroute. 1- Les plaintes de changement Vous devez innover dans votre business et cela implique forcément des changements. Les changements ne manqueront pas d’attiser les plaintes, car beaucoup de gens n’aiment pas que leur entreprise fétiche change alors que « ça marche bien ». Ces plaintes sont les plus difficiles à examiner, car elles ne sont pas souvent justifiées. Il ne s’agit la plupart de temps que de peur exprimée. Mais il se peut que parfois, vous ayez des retours vraiment terribles sur un changement que vous opérez. Il est alors de votre devoir de « revenir en arrière » en cherchant les manquements. 2- Les plaintes d’attente Il s’agit en fait des retours négatifs de vos clients parce qu’ils s’attendaient à recevoir quelque chose et qu’ils n’ont pas eu ce à quoi ils s’attendaient ! Ces retours sont évidemment graves et indiquent un besoin urgent de changement de prix ou une mise à niveau de votre gamme de produits, ou bien encore de changer votre communication. 3- Les plaintes de manque Il s’agit des retours les plus douloureux (votre produit est nul parce qu’il ne fait pas cela, etc. ) mais également des plus constructifs. N’oubliez pas que chaque frustration est un appel à l’amélioration et une opportunité commerciale. Si vous restez sourds à ces plaintes, des concurrents travailleront dur pour combler vos manques et vous prendre des parts de marché. 4- Les fraudeurs Pas vraiment des plaintes, mais vous tomberez invariablement sur des clients resquilleurs qui tenteront d’obtenir des produits pour lesquels ils n’ont pas payé, ou bien feront jouer la garantie de remboursement le dernier jour, ou bien encore menaceront de vous attaquer en justice pour des violations de droits diverses. Ces clients, personne n’en veut, mais ils font partie du jeu, et votre façon d’y répondre peut là encore être riche d’enseignements… Critique de “L’Autoroute du Millionnaire” par Jean-Yves du blog Potion de Vie : Bon, je ne vais pas tergiverser : ce livre est tout simplement l’un des meilleurs que j’ai lu. Et pourtant avec mon métier de bibliothécaire j’en ai lu beaucoup des livres de développement personnel. Or, là, il ne s’agit pas d’un livre de développement personnel, mais plutôt d’un livre sur l’entrepreneuriat au sens large. J’ai aimé le style très direct qui « bouscule » de MJ DeMarco. J’ai aimé être malmené dans mes convictions jusqu’à présent bien ancrées dans la voie lente. Si « la semaine de 4h » vous a déçu ou que sa magie n’opère plus chez vous, je vous conseille très fortement de lire ce livre de toute urgence. Il y est question d’enrichissement rapide, mais pas d’enrichissement facile, et cette nuance est énorme et donne un gage de crédibilité à l’auteur. L’auteur lui-même touche droit au but à chacune de ses assertions. Comme s’il était là à côté de nous en train de nous botter les fesses ! J’ai clairement changé de point de point de vue sur l’enrichissement et la façon de mener une entreprise. Sur l’autoroute des millionnaires, on se prend à rêver ok, mais y accéder n’est pas faisable en un claquement de doigts. Cela demande un état d’esprit que DeMarco nous inculque un petit peu plus à chaque chapitre. Sur la couverture, il était pompeusement marqué : « Vous apprendrez plus en deux jours avec ce livre qu’en deux ans d’école de commerce, et pour 1% du prix ! » Je sais à présent que ne sont pas des mots en l’air… Points forts :

Le livre possède une espèce de magie qui se dégage, un peu comme le livre de Tim Ferriss, mais dans un style différent. Cela fait qu’on est facilement accroché. Le livre est écrit par quelqu’un qui raconte son expérience de réussite, pas par quelqu’un qui donne un plan à suivre pour le futur. DeMarco est parti de zéro, a commis beaucoup d’erreurs et est devenu multimillionnaire malgré tout. Un gage de crédibilité. Le livre est rassurant dans le sens où il ne vend pas du rêve, mais une « carte routière » qu’empruntent ceux qui deviennent réellement riches. Les notions de travail sont toujours mises en avant. Beaucoup de contenu, beaucoup de conseils, et beaucoup d’humour (acide, certes) parsèment le livre. On a l’impression de découvrir des « secrets ». Enfin, ce livre est une véritable claque qui a le pouvoir de changer votre vie. Même si c’est le but du blog d’Olivier, les livres comme celui-ci ne sont pas légion… 321 pages de pur contenu.

Points faibles :

Le livre a été écrit par un Américain pour des Américains, ce qui fait que les exemples ne sont pas toujours parlants ! Le ton de l’auteur est parfois familier, et même en étant assez doué en anglais, vous devrez parfois ouvrir le dictionnaire pour comprendre l’essence de certaines phrases ! (Heureusement, pas souvent) L’auteur va vous malmener sans jamais s’excuser. Ce ne fut jamais un problème en ce qui me concerne, mais je sais que cela dérangera certains lecteurs ! Pas de traduction française !

La note de Jean-Yves de Potion de Vie :

Avez-vous lu “L’autoroute du millionnaire” ? Quelle note lui donnez-vous ? Note: There is a rating embedded within this post, please visit this post to rate it. Lire plus de commentaires sur "L’Autoroute du Millionnaire" sur Amazon. Acheter l’Autoroute du Millionnaire sur Amazon :

Pour recevoir gratuitement un podcast "7 étapes pour vaincre la Procrastination et rester motivé pour créer ou diriger une entreprise" et une vidéo "7 livres indispensables pour Créer son Entreprise", cliquez ici et laissez-moi votre adresse email pour que je vous les envoie gratuitement ! ;)

Article publié sur Des Livres Pour Changer de Vie. Si vous voyez cet article sur un autre site, il s'agit d'une copie éhontée. Related posts: Les secrets d’un esprit millionnaire

]]>
Wed, 16 May 2012 07:30:00 +0200 http://www.olivier-roland.fr/items/view/1026/LAutoroute-du-Millionnaire
Aidez des entrepreneurs des pays pauvres avec Kiva : bilan des 6 mois http://www.olivier-roland.fr/items/view/738/Aidez-des-entrepreneurs-des-pays-pauvres-avec-Kiva-bilan-des-6-mois

Fin octobre, je vous parlais de Kiva dans l’article Aidez des entrepreneurs des pays pauvres avec Kiva. Kiva est un site qui met en relation les personnes des pays riches (vous) avec les entrepreneurs des pays pauvres, très simplement, permettant aux premiers de prêter de l’argent aux seconds pour les aider à démarrer un projet ou développer ou consolider leur petite entreprise. Souvent les sommes sont ridicules par rapport aux sommes nécessaires pour créer ou développer une activité dans les pays développés, car le coût de la vie dans les pays en voie de développement est bien moindre. C’est le principe des microcrédits, et Kiva le démocratise en permettant à tout un chacun de participer, en commençant par des prêts aussi bas que 25$ (moins de 20 € !). Un peu moins de 6 mois après, voici le bilan de la team des Blogueurs et Entrepreneurs francophones créés pour l’occasion :

31 membres 34 prêts effectués 975$ prêtés

J’ai déjà récupéré une partie des prêts que j’ai personnellement effectué (le taux de remboursement des prêts est de 98.89%) et j’ai décidé de reprêter cette somme immédiatement (mais vous pouvez aussi choisir de donner cette somme à Kiva, ou même de la récupérer). Oui, vous avez bien lu, vous pouvez récupérer votre argent (et donc aider des entrepreneurs, leur famille et leur pays à sortir de la pauvreté sans que cela vous coûte un centime). Enfin, vous avez quand même 1.11% de chance que votre prêt ne soit pas remboursé en totalité – une paille, je sais). Kiva offre 25$ gratuitement pour tous ceux qui s’inscrivent maintenant Kiva offre actuellement 25$ à tous les nouveaux inscrits, que vous pouvez immédiatement prêter à des entrepreneurs, pour améliorer le monde sans que cela vous coûte un centime – décidemment !   Cliquez ici pour bénéficier des 25$ gratuits. Ce qu’il faut faire maintenant pour changer le monde (en deux minutes chrono)

Cliquez ici pour vous inscrire en moins d’une minute (vous pouvez vous connecter avec votre profil Facebook) et profiter des 25$ Dès que votre inscription est complétée, rejoignez la team des Blogueurs et Entrepreneurs francophones (facultatif) Faites votre premier prêt Voilà ! C’est fait ! Vous avez amélioré le monde, cela vous a pris deux minutes et ne vous a pas coûté un centime !
Maintenant vous êtes libre de contribuer davantage ou d’en rester là. Quoi qu’il en soit, merci pour votre geste !

]]>
Tue, 13 Mar 2012 18:52:00 +0100 http://www.olivier-roland.fr/items/view/738/Aidez-des-entrepreneurs-des-pays-pauvres-avec-Kiva-bilan-des-6-mois
Richard Branson : L’autobiographie http://www.olivier-roland.fr/items/view/608/Richard-Branson-Lautobiographie

Acheter “Richard Branson : L’autobiographie” sur Amazon :

Transcription texte (littérale) de la vidéo : Bonjour et bienvenue dans cette nouvelle vidéo du blog Des livres pour changer de vie. Je suis actuellement à San Diego. Vous pouvez voir que l’on a une vue plutôt sympa, on est en plein mois de janvier et il fait suffisamment bon pour être en T- shirt sur la plage, voire même, pour les plus courageux, se mettre en maillot de bain. Je suis donc en Californie, le pays des entrepreneurs. Et je suis en train de terminer un livre que je trouve vraiment excellent, et j’ai voulu le partager avec vous. Une fois n’est pas coutume, il s’agit d’une autobiographie. Et c’est tout simplement l’autobiographie de Richard Branson, qui s’appelle en anglais « Losing my virginity » qui se traduit en français par le titre : perdre ma virginité. La traduction officielle a été un petit moins sexy que le titre original puisque le titre officiel de la biographie est : « Richard Branson, l’autobiographie ». Un petit peu moins sexy mais au moins, ça va droit au but ! Je vous recommande vraiment, vraiment ce livre. Pour ceux qui ne connaitraient pas, Richard Branson, c’est le fondateur de Virgin. D’abord Virgin Music, qui est un groupe de production de musiques et qui a ensuite créé énormément d’entreprises dans des tas de secteurs différents : il a créé une compagnie aérienne, il a créé une compagnie de train, il a créé une entreprise dans les biocarburants, il a créé des tas d’initiatives pour venir en aide aux pays pauvres, notamment en Afrique. Il a aussi créé une entreprise qui est vraiment, vraiment super cool, qui s’appelle Virgin Galactic et qui a pour but de développer le tourisme spatial. Richard Branson, c’est vraiment un entrepreneur hors du commun. Au même titre que Steve Jobs, il est vraiment extraordinaire, et il raconte dans ce livre tout depuis son adolescence, avec la jeunesse de son parcours d’entrepreneur, jusqu’aux années 2010 où, justement, il se consacre davantage à la philanthropie et à des projets qui sont plus à long terme comme la lutte contre le réchauffement climatique. C’est un livre que j’ai commencé et, personnellement, je ne peux pas m’arrêter. C’est un “page turner” comme disent nos amis anglo-saxons. Il est vraiment très intéressant, très bien écrit. Ça se lit comme un roman sauf que ça s’est réellement passé. Et on a énormément de choses à apprendre d’un entrepreneur comme ça, qui se dévoile véritablement dans son livre. En tout cas, ça m’a déjà donné des idées pour mes entreprises. C’est vraiment intéressant de constater que Richard Branson est un entrepreneur qui a une éthique qui semble vraiment incroyable et qui, en plus, est un entrepreneur, on va dire social, c’est-à-dire qu’il a une dimension qui va au-delà de la simple prouesse économique, qui essaie véritablement de changer le monde en mieux. Donc je vous le recommande vraiment. Je vous dis, ça se lit comme un roman, c’est rapide, c’est efficace, c’est simple. Il y a tout : il y a de l’humour, il y a du sexe, il y a de l’aventure et en plus on apprend énormément sur l’entreprenariat. Donc c’est vraiment un livre à lire. Merci et à très bientôt pour une nouvelle vidéo ! Acheter “Richard Branson : L’autobiographie” sur Amazon :

Pour recevoir gratuitement un podcast "7 étapes pour vaincre la Procrastination et rester motivé pour créer ou diriger une entreprise" et une vidéo "7 livres indispensables pour Créer son Entreprise", cliquez ici et laissez-moi votre adresse email pour que je vous les envoie gratuitement ! ;) Related posts: [Vidéo]Etude de cas : Comment Jérémie a créé son entreprise en étant papa Vidéo : 7 livres indispensables pour Créer son Entreprise

]]>
Mon, 30 Jan 2012 07:30:00 +0100 http://www.olivier-roland.fr/items/view/608/Richard-Branson-Lautobiographie
La Grève, d’Ayn Rand (la Révolte d’Atlas) http://www.olivier-roland.fr/items/view/441/La-Grve-dAyn-Rand-la-Rvolte-dAtlas

Vous pouvez également consulter cette vidéo au format audio uniquement en téléchargeant le MP3, ou en le récupérant dans iTunes directement. Acheter La Grève sur Amazon :

Transcription texte (littérale) de la vidéo : Bonjour et bienvenue dans cette nouvelle vidéo du blog Des Livres Pour Changer de Vie. Je me trouve actuellement à Lille et je vous fais cette vidéo rapidement pour vous parler d’un livre exceptionnel qui vient juste d’être publié officiellement en France, et qui s’appelle La Grève, d’Ayn Rand. C’est un livre dont je vous ai déjà parlé brièvement sur mon blog Blogueur Pro dans mon article sur Los Angeles, et je vous avais parlé de ce livre en vous disant que c’était un livre secret, inconnu en France. Eh bien ça y est, il n’est plus secret, il a été enfin publié en France !

Si j’ai souhaité vous parler de ce livre, c’est que je le trouve vraiment exceptionnel, et qu’en plus l’histoire de sa traduction officielle en français est vraiment rocambolesque, c’est le moins que l’on puisse dire ! Il faut savoir que ce livre a été publié officiellement en 1957 aux États-Unis. La Grève devenu un véritable phénomène, c’est un best-seller qui s’est vendu à plus de dix millions d’exemplaires. Un sondage a même déterminé que ce livre est le deuxième livre le plus populaire aux États-Unis après la Bible. On estime qu’environ 8% des Américains l’ont lu, ce qui représente quand même trente-deux millions de personnes, donc c’est vraiment énorme. Ce livre – Atlas Shrugged en anglais- a vraiment une influence déterminante sur les États-Unis. Donc l’histoire de sa traduction est rocambolesque : en 1958, un éditeur suisse a commencé à faire la traduction de ce livre, sous le titre « La Révolte d’Atlas ». Il a traduit les deux tiers de ce livre. Ayn Rand, qui lisait parfaitement le français, a eu l’occasion de lire cette traduction, et il faut savoir qu’elle l’a répudiée parce qu’elle estimait que cette traduction n’était pas d’une qualité suffisante. Donc on a eu droit à deux tiers de traduction de mauvaise qualité. L’éditeur a ensuite fait faillite. Et pendant cinquante ans, il n’y a pas eu une seule traduction officielle en français. Donc c’est assez incroyable, on peut même se demander quand on a l’a lu, s’il n’y a pas eu une forme de censure. Parce qu’il faut savoir que le contenu de La Grève va vraiment à l’encontre de toute la politique économique et sociale de la France de ces quarante dernières années ; on peut vraiment se demander s’il n’y a pas eu une certaine forme de censure. En 2009, une femme a été complètement révoltée par l’absence de ce livre si connu aux États-Unis et complètement inconnu en France, et a décidé de prendre sur son temps libre, pendant un an, pour travailler sur un projet de traduction pirate, c’est-à-dire qu’elle n’a pas demandé l’autorisation aux ayants droit de cette œuvre. Elle a donc travaillé elle-même pendant un an sur la traduction pirate de cette œuvre. Cette femme, c’est Monique di Pieirro. Elle a sorti une traduction pirate en PDF en 2009. C’est cette traduction pirate que j’ai eu l’occasion de lire, et c’est de celle-là dont j’ai parlé dans mon article sur Blogueur Pro. Je vous disais dans cet article que la seule occasion pour laquelle je suis fier d’avoir accès à une œuvre piratée, c’est quand cette œuvre pirate est la seule manière d’avoir accès à l’œuvre. Mais aujourd’hui, ce n’est plus la peine de télécharger cette œuvre pirate, puisqu’on a enfin une traduction officielle sous le titre « La Grève ». La traductrice n’est pas la même, c’est Sophie Bastide-Foltz, qui elle aussi a dû sans doute travailler pas mal de temps, donc merci Monique et merci Sophie, si vous regardez cette vidéo, pour votre travail exceptionnel qui permet enfin de faire connaître cette œuvre géniale en France. Juste un bémol sur la traduction : je ne suis pas sûr que La Grève soit un titre vraiment probant pour le marché français. Le titre original Atlas Shrugged signifie Atlas haussa les épaules. Je trouve vraiment que c’est une image poétique et imagée qui se comprend parfaitement quand on lit le livre : c’est Atlas qui porte le monde et qui hausse les épaules et qui fait donc trembler le monde. La grève se comprend aussi quand on a lu le livre, mais je ne suis pas sûr que pour quelqu’un qui ne l’a pas lu, cela va l’intéresser, cela va le pousser à lire le contenu, parce qu’on va tout de suite avoir une idée différente de ce que le livre propose. Mais au-delà de cela, si je vous fais cette vidéo aujourd’hui, c’est pour vous dire que je trouve ce livre absolument exceptionnel, c’est un livre qui est extrêmement dense, il fait presque mille deux cents pages et c’est écrit sous la forme d’un roman. C’est une œuvre de fiction mais ce n’est pas juste un roman pour se détendre. La forme du roman est utilisée pour mettre en avant des idées, tout un système de pensée politique, économique… que je trouve vraiment, vraiment fascinants. Ayn Rand pousse sa pensée à des extrêmes que je ne partage absolument pas, mais au-delà de ces extrêmes, je trouve que tout entrepreneur devrait lire ce livre. Si vous êtes entrepreneur ou si vous pensez à créer votre entreprise, si vous avez un projet de création d’entreprise, si vous avez déjà une entreprise, si vous vous considérez comme entrepreneur, si vous considérez que vous avez l’état d’esprit d’un entrepreneur, je vous recommande fortement de lire La Grève. En plus, c’est vraiment un livre passionnant. Pour ma part, j’ai eu un peu de mal à rentrer dans l’histoire, il a fallu attendre les cent premières pages. Mais après les cent premières pages, j’étais complément pris dans l’histoire et je ne pouvais plus m’arrêter. Je connais un autre entrepreneur célèbre de l’Internet francophone qui a lu ce livre je crois en une semaine et demie, ce qui est un exploit, et il ne pouvait plus s’arrêter. C’est vraiment quelque chose de passionnant qui va sans doute changer à tout jamais le regard que vous portez sur les entrepreneurs et sur l’entreprenariat, sur la valeur ajoutée qu’on peut apporter au monde et sur de nombreuses autres choses. D’ailleurs ce livre m’a tellement marqué que je pense que je ferai d’autres vidéos, peut-être d’autres articles à son sujet, ou que je vous lirai quelques passages qui sont absolument extraordinaires. Et, de plus, si vous vous intéressez un petit peu à la culture américaine, à la culture anglo-saxonne, c’est vraiment une lecture indispensable parce qu’énormément d’Américains l’ont lu. Et c’est, je pense, un des quelques livres qu’il faut lire pour comprendre les États-Unis, leur politique, leur culture. Donc, vous avez compris, c’est la première fois que je fais une vidéo comme ça pour vous recommander de lire un livre. Je vous recommande vraiment, vraiment de lire La Grève, c’est un livre exceptionnel. Je vous l’ai dit, il va à certains extrêmes que je ne partage pas, j’aurai peut-être l’occasion d’y revenir. Mais le fond de ce livre est absolument incroyable, il va à l’encontre de nombreuses choses qu’on nous assène comme étant la normalité depuis des décennies en France, et je pense qu’il a vraiment, vraiment le pouvoir de changer les choses en mieux dans notre société et aussi dans notre état d’esprit. Merci d’avoir regardé cette vidéo, et je vous dis à très bientôt sur le blog, ou ailleurs, pour de nouvelles aventures ! Acheter La Grève sur Amazon :

Et vous, avez-vous déjà lu La Grève, ou en avez-vous déjà entendu parler ? Dites-le nous dans les commentaires ! Pour recevoir gratuitement un podcast "7 étapes pour vaincre la Procrastination et rester motivé pour créer ou diriger une entreprise" et une vidéo "7 livres indispensables pour Créer son Entreprise", cliquez ici et laissez-moi votre adresse email pour que je vous les envoie gratuitement ! ;)

Related posts:[Vidéo]Etude de cas : Comment Jérémie a créé son entreprise en étant papa Vidéo : 7 livres indispensables pour Créer son Entreprise

]]>
Mon, 07 Nov 2011 15:25:00 +0100 http://www.olivier-roland.fr/items/view/441/La-Grve-dAyn-Rand-la-Rvolte-dAtlas
Interview : Comment Phil gagne un million de CA par an en vivant la Semaine de 4 heures http://www.olivier-roland.fr/items/view/362/Interview-Comment-Phil-gagne-un-million-de-CA-par-an-en-vivant-la-Semaine-de-4-heures

Lorsque j’ai rencontré Phil, dirigeant de la société Oznium, à San Francisco et qu’il m’a expliqué qu’il génère 1 million de dollars de CA par an avec sa société tout en vivant La semaine de 4 heures et en voyageant partout dans le monde, je n’ai pas résisté à la tentation de l’interview pour lui donner l’occasion de partager son expérience et ses stratégies avec vous. Phil est un peu timide, donc cela m’a été parfois un peu difficile de le faire parler, mais je pense que j’ai quand même réussi à lui tirer un peu les “vers du nez” pour vous apporter des éléments intéressants :

*** Soyez sûr que les sous-titres en Français sont bien activés ! Si ne c’est pas le cas, cliquez sur dans la barre juste en dessous de la vidéo ! L’icône se colorera alors en rouge : *** Transcription texte de l’interview : Olivier Roland : Bonjour et bienvenue dans cette nouvelle vidéo du blog Des Livres Pour Changer de Vie. Je suis actuellement avec Phil… Salut Phil ! Phil : Salut ! Olivier Roland : J’ai rencontré Phil ici à San Francisco. Il m’a raconté un petit peu son parcours d’entrepreneur, et c’est un entrepreneur qui vit aujourd’hui le style de vie de La semaine de 4 heures. J’ai trouvé son parcours très très intéressant, et je me suis dit que j’allais l’interviewer pour vous faire partager un petit peu son parcours . Alors Phil… Peux-tu nous parler brièvement de ton entreprise et expliquer ce qu’elle fait… et quand as-tu démarré ? Phil : En gros, j’importe de l’éclairage LED de Chine. On le fait venir aux États-Unis, dans notre entrepôt, et nous le revendons en ligne à nos clients, comme n’importe quelle boutique sur internet. J’ai commencé il y a environ 8 ans quand j’étais encore au lycée. Olivier Roland : Waow ! Comment as-tu cette idée ? Phil : Disons que j’ai perçu qu’il y avait un marché intéressant. J’avais des amis qui voulaient des LED que j’avais installées sur ma voiture. Du coup j’achetais des LED pour 1 dollar et les revendais pour 5 dollars. Ça me faisait un peu d’argent de poche pour le lycée, pour la nourriture et autres… Et peut-être un ou deux ans plus tard, je me suis réveillé un jour en me disant, waow, c’est quand même une bonne affaire. Et j’ai donc continué et développé l’activité. Olivier Roland : Donc au début c’était juste pour se faire un peu d’argent ? Phil : Oui. Olivier Roland : Comment as-tu géré la transition entre la petite activité qui faisait gagner un peu d’argent de poche et la véritable entreprise… Qu’est-ce qui t’a décidé à sauter le pas ?

Phil : Ça a été très progressif. J’ai fait une chose à la fois, et comme je l’ai déjà dit, ce n’était pas quelque chose que j’avais prévu de faire. Je me suis réveillé un jour et je me suis dit “C’est vraiment une affaire.” Je crois que la transition a été plutôt de réaliser que… L’on pouvait créer un véritable business et en vivre. Certaines personnes pensent qu’elles doivent trouver un travail. Mais moi j’ai réalisé que cette opération pouvait générer assez d’argent pour soutenir mon style de vie. Olivier Roland : D’accord. Alors au début, combien d’argent gagnais-tu ? Phil : La première année, peut-être 20 000 dollars, ou 18 000 dollars, quelque chose comme ça. Olivier Roland : C’était plutôt pas mal, non ? Phil : Ah oui, c’était plutôt bien ! Olivier Roland : Tu étais content, mais quand as-tu commencé à vraiment gagner de l’argent ? Phil : Je dirais après trois ou quatre ans, mais avant d’arriver à ce stade, je n’avais pas beaucoup de dépenses. Je vivais chez mes parents, et je n’avais pas grand-chose à acheter. Olivier Roland : D’accord. Quelle a été au début ta stratégie pour te faire connaitre, quelles ont été les techniques de marketing que tu as utilisé ? Phil : Au début, une des grandes choses que nous avons faites en marketing, ça a été les forums et les groupes de discussion. On allait donc sur les forums spécialisés pour faire notre promotion en nous inscrivant en tant que sponsor, ce qui était très bon marché : Entre 10 et 100 dollars par mois pour les mieux classés. On était en contact quotidien avec leurs membres. On parlait de nos produits. On donnait des informations sur les LED et des idées sur leur installation. C’était une interaction sociale directe avant l’avènement de Facebook. C’était vraiment bien. Olivier Roland : Et le véritable démarrage a commencé après ça alors ? C’est venu comment ? Par le bouche à oreille ? Phil : Oui, essentiellement par le bouche à oreille. Un client a appelé notre service après-vente. Il nous a fait part d’un produit défectueux. On lui a immédiatement envoyé un produit de remplacement sans poser de question. Une personne avait par exemple publié un commentaire négatif sur nos produits. Il disait que la bande de la LED qu’il avait achetée ne fonctionnait pas et avait du trouver un remplacement. J’ai donc vu le commentaire négatif et l’ai immédiatement appelé. Je me suis présenté, et je me suis excusé. Je lui ai dit: "Cette bande, ce produit n’est pas vraiment bon. On essaye d’en avoir un meilleur, mais pour le moment nous ne l’avons pas." "Je vais donc vous rembourser votre commande dans sa totalité". Environ 65 dollars. Je lui ai donc remboursé toute sa commande sans poser de question. Ce n’était pas quelque chose qu’il avait demandé. Il était donc très satisfait. Olivier Roland : D’accord. Donc tu penses que c’est votre point fort ? Phil : Oui, tout à fait. Olivier Roland : Je crois qu’on peut apprendre beaucoup de toi. Combien d’heures par semaine travailles-tu pour ta boite ? Ça dépend, car tout ça est comme un jeu pour moi. Peut-être quatre heures en tout sur les dernières semaines. Parfois, je prends du temps pour travailler sur d’autres projets, peut-être soixante heures par semaine, mais ça reste amusant. Le schéma habituel, c’est : je travaille de manière intensive pendant un mois, voire 3 semaines, puis je disparais pendant deux mois. Olivier Roland : C’est vraiment la semaine de 4 heures. Tu as vraiment la liberté de faire ce que tu veux. Si tu veux travailler, tu travailles. Si tu ne veux pas travailler, tu ne travailles pas. C’est génial ! Et tu peux complètement gérer ton entreprise à partir d’internet, n’est-ce pas ? Phil : Oui, tout à fait. Olivier Roland : Et tu m’as dit que tu voyageais souvent. Phil : Oui. Olivier Roland : Alors peux-tu nous dire le nombre de pays dans lesquels tu t’es déjà rendu ? Phil : Je n’ai jamais vraiment compté, mais ça doit faire au moins quarante. Olivier Roland : Waow ! Et tout ça en huit ans ? Phil : Oui. Olivier Roland : Waow ! C’est génial ! Quels ont été les derniers pays visités ? Phil : Cette année a démarré avec Hong Kong. J’y ai fait des affaires pendant quelques mois, puis je suis allé à Hawaii pour une faire une courte pause. Je suis ensuite retourné un peu à Hong Kong, puis je suis allé au Timor Oriental, un endroit très intéressant. Puis de retour à Hawaii, et aux États unis, à New York, à Antigua, dans les Caraïbes. Puis j’ai fait la traversée de l’Atlantique pendant 45 jours. Olivier Roland : Waow !!! Tu avais internet ? Phil : Non. Olivier Roland : Donc 45 jours sans internet ? Phil : On a eu 18 jours sans internet, puis on eu internet pendant quelques jours. Olivier Roland : C’est vraiment le test par excellence pour voir si ton entreprise se gère toute seule, non ? Tu n’as pas du tout consulté tes emails. Phil : Non. En fait, quelqu’un sur le bateau avait une connexion satellite. C’est comme ça qu’on a su qu’Oussama Ben Laden s’était fait avoir. Mais à part ça, on était au courant de rien sur le monde extérieur. Olivier Roland : Génial. Et quand tu es revenu dans le vrai monde, ton entreprise était encore là. Phil : Oui, c’était un des meilleurs mois que nous avons faits. Olivier Roland :Tu ne crains donc pas d’aller en vacances. Phil : C’est ça. Olivier Roland : C’est une entreprise profondément automatisée. Ce qui est incroyable, c’est que tu as fait tout ça avant que le livre La Semaine de Quatre Heures ne soit écrit. Phil : Oui. Je travaillais plus dur… Non, pas vraiment plus dur. Je m’activais davantage avant la Semaine de Quatre Heures. Ce livre m’a fait réaliser que je n’avais pas besoin d’aller au bureau tous les jours. Que je n’étais pas obligé d’accomplir ces tâches… Je pouvais donc davantage me concentrer sur les 80/20 plus productifs. Olivier Roland : Tu veux donc dire qu’avant avoir lu ce livre tu avais la liberté, mais tu n’en étais pas conscient ? Phil : Oui, exactement. Olivier Roland : Waow ! Le livre t’a donc fait prendre conscience de cette liberté ? Phil : Exactement. Olivier Roland : Et c’est à partir de ce moment-là que tu as commencé à voyager ? Phil : Maintenant je vais au bureau seulement une fois par an. Olivier Roland : Une fois par an au bureau… C’est génial !!! Est-ce que tu parles de ce que tu fais aux gens que tu rencontres à travers le monde ? Phil : Oui, tout à fait. Olivier Roland : Quelle est leur réaction ? Phil : Il ne savent pas comment j’y arrive. Les gens sont parfois jaloux. Ils peuvent être très négatifs, pensent parfois que je devrais travailler plus dur ou rester au bureau. Ils ne savent pas ce que c’est. Mais en général la plupart des gens comprennent, et essayent de s’y mettre. Mais ils ne savent simplement pas, ou ne voient pas comment c’est possible. Ils ne voient pas les étapes à suivre, ou n’ont pas l’attitude adéquate : "Tu n’as pas à faire ça…" Un entrepreneur traditionnel pense qu’il doit aller au bureau tous les jours pour s’occuper de son entreprise, et que s’il doit s’absenter, il devra de toute façon communiquer à distance avec la personne qui le remplacera. C’est une des grandes inquiétudes. Olivier Roland : D’accord… Oui. C’est une chose que tu pourrais faire : donner des cours sur le sujet. “Comment monter une entreprise automatisée”. Tu as bien sûr beaucoup d’expérience dans ce domaine. Ça t’arrive d’y penser ? Phil : Oui, c’est une possibilité. Olivier Roland : Je suis sûr que ça marcherait. Je suis sûr que tu as plein de choses à enseigner. Et quel est actuellement le chiffre d’affaires de ton entreprise ? Phil : Plus d’un million de dollars par an. C’est plutôt régulier. Je sais à peu près combien par jour…Je pourrais par exemple prédire combien je gagnerai mardi, et c’est comme ça toutes les semaines. Olivier Roland : D’accord. Waow. Phil : Les prévisions sont basées sur les chiffres de la fréquentation du site et du taux d’achat. Donc il plutôt facile de faire des prévisions. Olivier Roland : D’accord. Et combien d’employés as-tu ? Phil : Il y a quatre personnes aux États-Unis et quatre personnes à Hong Kong. Olivier Roland : Cela est-il difficile pour toi de trouver des gens ? Phil : Non, pas pour le moment. La meilleure façon est de faire appel à son réseau local. Olivier Roland : As-tu donc mis en place des procédures pour que tes employées puissent gérer ton entreprise sans ta participation ? Phil : Oui. Tout est complètement automatisé. Ça roule tout seul. Olivier Roland : Tu m’as dit qu’il t’arrivait de travailler 60 heures par semaine si tu le souhaitais. De quel travail s’agit-il ? Phil : Oui. Je conçois de nouveaux systèmes, j’établis de nouveaux procédés, et je fais du développement commercial. Si je devais disparaître maintenant, l’entreprise continuerait à tourner, mais sans vraiment croître. Olivier Roland : Est-ce que tu as lu "The E-myth" ? L’auteur de ce livre génial explique en gros que la différence entre les entrepreneurs et les personnes qui créent leur propre emploi, c’est que les entrepreneurs travaillent sur leur entreprise, alors que les personnes qui créent leur propre emploi travaillent dans leur entreprise. Toi tu améliores les procédés, l’ensemble des stratégies… Afin que l’entreprise fonctionne toute seule. Phil : Tu parles du livre The Emyth ? Olivier Roland : Oui, c’est ça. Phil : Très bon livre. Il est un peu difficile d’appliquer. Les concepts d’organisation définis par ces manuels de gestion et organigrammes, c’est plus facile à dire qu’à faire. Olivier Roland : Oui. C’est un peu ennuyeux à mettre en oeuvre, n’est-ce pas ? Mais une fois que c’est fait, c’est fait ! On a juste à demander à son équipe de d’améliorer l’organisation, et on a plus grand-chose à faire ensuite.C’est vraiment quelque chose que bon nombre d’entrepreneurs pourraient lire. Ils ne pensent pas que l’ensemble de leurs connaissances pourrait être noté par écrit. Cela pourrait éviter aux employés de leur poser des questions à chaque fois qu’ils ne savent pas quoi faire. Les entrepreneurs en vacances gardent donc toujours leur téléphone mobile. Ils passent beaucoup de temps chaque jour à répondre à des questions très simples dont les solutions pourraient être notées sur un bout de papier. C’est fou ! Phil : Oui, c’est vraiment incroyable. Il peut être intéressant d’imiter l’industrie hôtelière. Si on prête attention aux hôtels, on peut voir qu’ils sont dotés de manuels vraiment extraordinaires. Ça roule tout seul. Olivier Roland : Oui. L’auteur du livre "The E-myth" donne l’exemple de l’industrie hôtelière. Phil : Oui. Olivier Roland : Je vous encourage vraiment à acheter ce livre. Il a été traduit en français il y a environ vingt ans. Il n’est plus disponible aujourd’hui, mais vous pouvez le lire en anglais. Si c’est difficile pour vous, hé bien… Il pourrait être votre premier livre en anglais et vous pourriez vraiment apprendre beaucoup de choses : Penses-tu qu’il est encore possible aujourd’hui de démarrer une entreprise sur internet ? Il y a après tout beaucoup plus de concurrence aujourd’hui. Phil : Oui. Olivier Roland : Tu crois qu’il y a encore de la place sur le marché ? Phil : Oui, il y a encore beaucoup de potentiel. Olivier Roland : Si tu devais recommencer à zéro, que ferais-tu ? Phil : Si je devais repartir de zéro, il se pourrait que je fasse les choses différemment. J’envisagerais de sous-traiter la gestion de l’entrepôt. Dans le livre La Semaine de Quatre Heures, Tim Ferriss conseille de ne pas acheter le produit au fabricant pour le revendre soi-même, et qu’il vaut mieux jouer le rôle du commercial qui gère la relation clientèle. Olivier Roland : Ce n’est pas ce que tu fais… Tu achètes toi-même. Phil : Oui. Olivier Roland : D’accord. Vas-tu donc suivre les conseils de Tim Ferriss ? Phil : Je pourrais l’envisager. Disons que c’est quelque chose que je n’ai pas encore essayé. Cela pourrait être l’occasion de voir comment cela fonctionne. Évidemment chaque façon de faire a ses avantages et ses inconvénients. On peut faire plus de marges et de bénéfices en se basant sur le modèle que nous développons verticalement. Nous développons la relation clientèle, agrandissons notre entrepôt, étendons notre gamme de produits… En parallèle, nous diversifions nos sources d’approvisionnement et commençons à fabriquer nous-mêmes. Mais si on ne procédait pas de cette manière, on ne gagnerait pas autant d’argent. Mais on pourrait se développer et s’adapter à la demande plus facilement, et on n’aurait évidemment pas autant de coûts d’infrastructure physique. Ce serait seulement de l’information. Olivier Roland : Oui. As-tu commis de grosses erreurs pendant ces huit ans ? Phil : Non, rien de vraiment sérieux. J’ai fait les choses étape par étape, en prenant des milliers de risques très mesurés. Olivier Roland : Oui. Phil : J’ai une fois acheté pour 5 000 dollars de produits qu’on a pas réussi à vendre. J’ai donc dû les vendre à un prix inférieur à leur coût de revient. C’était une grosse perte de temps mais finalement sans conséquence sérieuse. Olivier Roland : D’accord. Ce n’était donc pas vraiment une grosse erreur. Phil : J’ai quand même fait quelques erreurs jusqu’à présent. Je me suis débarrassé de certains sous-traitants en huit ans qui devaient concevoir de nouveaux produits. Ils ont gaspillé beaucoup d’argent, et les projets n’étaient pas gérés correctement. C’est tout. Olivier Roland : Quel est donc ton prochain projet ? Phil : Nous allons élargir notre activité à Hong Kong. On va se concentrer sur le côté fabrication. Nous allons essayer de mieux contrôler les délais de fabrication et la qualité des produits. Je pense que si l’on contrôle bien la qualité, le coût aura moins d’importance parce qu’on n’aura pas autant de produits défectueux impliquant que l’on paye quelqu’un pour répondre au téléphone et prendre note du défaut ou que l’on paye quelqu’un pour expédier un produit de remplacement, etc. Ensuite, nous réfléchirons au développement de notre activité en Europe. Nous pensons à l’Angleterre ou la France. Notre modèle peut fonctionner à peu près n’importe où. Nos spectateurs connaitront déjà les produits LED et ton entreprise quand tu arriveras sur le marché français. Olivier Roland :Cool ! Je vous tiendrai au courant, je publierai un lien. As-tu des conseils à donner aux personnes qui souhaiteraient maintenant créer leur propre entreprise ? Quelque chose pour les aider à démarrer ? Phil : Il y a quelques petits trucs. En gros, ce qui est important est la création de valeur pour le client. Plus on fait bénéficier le client, mieux c’est… De toute évidence ! Olivier Roland : Le service clientèle a toujours été l’avantage concurrentiel de ton entreprise, n’est-ce pas ? Tu as des conseils à donner à ce sujet ? Phil : Soyez juste humain. Mettez-vous simplement à la place du client. Comment voudriez-vous que l’on s’occupe de vous ? Olivier Roland : Oui. Ça semble être le minimum mais il semblerait que beaucoup d’entreprises n’offrent pas de service clientèle humain. On dirait même que certaines personnes dans le marketing d’entreprise ne sont pas humains. Ils s’expriment dans un langage d’entreprise, avec des mots que personne n’utilise en dehors du monde de l’entreprise. C’est vraiment étrange. Si on parle aux gens en utilisant un vocabulaire courant, il est plus facile d’établir une relation avec eux. Qu’en penses-tu ? Phil : Je pense aussi qu’il y a un problème de confiance. Beaucoup de gens ne savent pas s’ils peuvent faire confiance au client. Donc quand le client appelle et dit: "Ce produit est cassé", ils vont hésiter à le croire. Alors qu’ils pourraient penser que le client dit la vérité, ou au moins lui laisser le bénéfice du doute. Et lui dire, "D’accord, nous allons vous remplacer le produit". Olivier Roland : D’accord. Oui. Il faut donc supposer que le client ne ment pas. Si le client ment, on s’en moque, puisque de toute façon, la plupart des clients ne mentent pas. C’est quelque chose que j’ai appris. La plupart des gens sont honnêtes. Ils ne demanderont pas à se faire rembourser. Cool ! Pour finir, peux-tu nous donner l’adresse de ton site web ? Phil : Oui. C’est oznium.com. Ça ne veut rien dire, c’est un mot inventé. Olivier Roland : Super. Merci Phil d’avoir partagé avec nous tes stratégies et ton histoire. La conclusion, c’est que vous pouvez voir qu’il est possible de créer une entreprise automatisée qui travaille pour vous, et non pas le contraire. Qui est conçue pour vous offrir le style de vie auquel vous aspirez. Merci Phil. Au revoir et à la prochaine ! Pour recevoir gratuitement un podcast "7 étapes pour vaincre la Procrastination et rester motivé pour créer ou diriger une entreprise" et une vidéo "7 livres indispensables pour Créer son Entreprise", cliquez ici et laissez-moi votre adresse email pour que je vous les envoie gratuitement ! ;)

]]>
Wed, 28 Sep 2011 17:42:00 +0200 http://www.olivier-roland.fr/items/view/362/Interview-Comment-Phil-gagne-un-million-de-CA-par-an-en-vivant-la-Semaine-de-4-heures